Revenu de base inconditionnel

Je ressors à l’instant d’une table ronde organisée à UNI Dufour par l’association Basic Income Earth Network (BIEN) Suisse avec la participation du philosophe et économiste Philippe Van Parijs et Martine Brunschwig Graf, ancienne conseillère nationale PLR, Anne-Catherine Menétray-Savary, ancienne conseillère nationale Verts, Guy Mettan rédacteur en chef de la Tdg et député PDC au Grand Conseil genevois, Marco Salvi économiste et chef de projet chez Avenir Suisse ainsi que Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan.
L’idée d’un revenu de base inconditionnel et universel m’a immédiatement interpellé et séduit. Notamment par sa simplicité qui permettrait de substantielles économies à l’Etat puisque les diverses subventions et autres aides sociales disparaitraient ainsi que les contrôles y afférents.
L’initiative fédérale, qui a déjà récolté 100’000 signatures, prévoit un revenu de 2500.- pour toute personne majeure vivant légalement en Suisse et 1250.- pour les mineurs dès leur naissance. Les avantages sautent aux yeux tant qu’on ne parle pas de financement. D’ailleurs ce sujet sera évité lors de cette présentation.
Comment ne pas souscrire à ce changement de paradigme qui permettrait à tout un chacun de choisir de travailler pour le plaisir ou pour s’offrir des extras. Quelle libération pour les femmes qui ne dépendraient plus du salaire de leurs conjoints. Et quel bel encouragement à des activités associatives et bénévoles.
Selon un premier calcul indicatif, le coût global se monterait à 210 milliards de francs qui seraient couverts à hauteur de 110 milliards par le transfert d’une part des revenus existants et 70 milliards par la suppression des assurances sociales (AVS, AI, etc.). Manqueraient 30 milliards qui seraient couverts par une hausse importante de la TVA, par de nouvelles mesures fiscales (impôt sur l’énergie) et les impôts sur le revenu. Le gros trou vient du revenu des mineurs qui est extrêmement plus conséquent que les allocations familiales actuelles et qui se monterait à environ 25 milliards.
La salle était acquise au principe et le public s’est poliment résigné à applaudir les contradicteurs qu’étaient Myret Zaki et Martine Brunschwig-Graf. Parmi leurs arguments j’ai relevé que le montant prévu serait inférieur à ce que touchent les familles dans le besoin à l’heure actuelle et qu’il était amoral et contreproductif d’obliger une partie de la population d’entretenir l’autre. Guy Mettan, fidèle au PDC, a louvoyé à tel point qu’il était difficile de savoir s’il était favorable à la mesure ou non. Toutefois il a touché un point important lorsqu’il a soulevé les inconvénients d’un tel changement au niveau d’une seule nation. Comment comparer des revenus aussi radicalement différents entre un coiffeur à Calcutta ou à Genève ? Comment une telle mesure serait perçue par les autres pays et avec quelles conséquences pour la Suisse dont nous peinons à limiter l’attractivité ? Il a en revanche dénoncé les dérives du capitalisme financier et les écarts entre les salaires au sein d’une même entreprise.
En écoutant divers intervenants dans le public ainsi que Madame Menétray, j’ai soudain eu le sentiment que seuls des nantis comme nous pouvons envisager une telle révolution. Nous croulons sous les excès, de travail, de nourriture, nous avons plus que le minimum vital et nous voulons une autre vie. Moins de travail pour plus de qualité de vie. Nous avons pris conscience du caractère épuisable des ressources et nous dénonçons l’exploitation de la planète par quelques spéculateurs sans scrupules. En validant cette initiative, nous n’espérons rien de moins qu’un changement d’orientation. Pour certains, la fin du capitalisme et le début d’une ère de partage et de coopération, voire la remise en question de la propriété privée.
C’est là que j’ai décroché. La révolution ne viendra pas de l’extérieur. L’homme ne changera pas si l’on change son environnement. C’est à l’intérieur de chaque individu que se fait la mutation, lentement, par une prise de conscience. Celui qui a compris qu’il n’a pas besoin de plus que nécessaire pour vivre bien ne réclamera pas de revenu de base. Il a déjà opéré des changements dans sa vie qui lui permettent de vivre un peu plus simplement et dans le respect de son environnement.
Il est en outre particulièrement piquant d’observer que le système ne fonctionne que grâce au capitalisme et à la création de richesses que les défenseurs de l’initiative dénoncent pourtant si vigoureusement. Et enfin, comment espérer que les gens choisissent de travailler alors que les métiers qui nous sont proposés aujourd’hui sont pour la plupart abrutissants ou épuisants. Passer 8 heures par jour devant un ordinateur, c’est le quotidien de la plupart des citadins. Et les travaux lourds dans la construction ou dans les usines seront probablement bientôt effectués par des robots, pilotés par des gens derrière des ordinateurs.
Nous ne pouvons pas tous êtres des artistes, des créatifs, des inventeurs. Le retour vers des formes d’artisanat ou autres activités créatrices serait certes une source de joie pour beaucoup mais il ne contribuerait que marginalement à la création de richesses et donc aux impôts destinés à assurer le revenu de base.
Aujourd’hui, nous voulons tout et au meilleur prix. Nous sommes très exigeants mais inconséquents. Pour pouvoir acquérir des biens bon marché, nous avons encouragé la délocalisation de nos sites de production industrielle engendrant ainsi du chômage et de la pollution ainsi qu’une perte de savoir que nous aurons de la peine à rattraper. Commençons par corriger ces erreurs, continuons à dénoncer les abus dans la foulée de l’initiative Minder, développons l’innovation technologique qui nous permette le recyclage de toutes les ressources épuisables, favorisons l’esprit d’initiative et la responsabilité personnelle.
Philippe Van Parijs, qui défend cette cause depuis plus de 30 ans, a rôdé son discours. Il est devenu conciliant et accepte d’envisager des mesures progressives et des avancées plus modestes que le modèle de base. C’est un leurre car le système ne fonctionne que par un renversement radical de mentalité qui va loin et qui viendra un jour, vraisemblablement, et peut-être dans la douleur. Les compromis qu’il se dit prêt à faire faussent le concept. Prévoir des subventions supplémentaires pour les plus démunis dénature le projet et crée des disparités. Diminuer le revenu de base le rendrait parfaitement inefficace et insuffisant, l’augmenter pour couvrir les besoins vitaux élevés en Suisse rendrait le financement impossible et boosterait l’attractivité du pays.
En fait, les défenseurs de cette idée sont un peu en avance sur leur temps. Les premiers signes d’essoufflement du capitalisme se font sentir. A force d’abuser en donnant plus de valeur à la rémunération du capital qu’à la valeur ajoutée du travail on a considérablement élargi le fossé entre les riches et les pauvres et donc déséquilibré la logique même de consommation-production par la réduction du pouvoir d’achat des masses laborieuses.
Un jour nous y viendrons. Je n’en doute pas. Mais ce ne sera pas avant une véritable prise de conscience universelle et non pas de la part d’un groupe d’initiés qui ont déjà intégré ces principes dans leur quotidien. Par leur exemple, par leur épanouissement et la qualité de vie dont ils témoignent, ils permettront à d’autres d’y venir, de faire ce chemin. Il sera encore long pour ceux qui n’accèdent que maintenant aux richesses occidentales auxquelles ils aspiraient tant. La Chine et l’Inde sont parmi les plus grands pollueurs de la planète. Ils revendiquent leur droit à un niveau de vie égal à celui des occidentaux. Et ceux-ci vont visiter l’Inde pour retrouver du sens, de la spiritualité, des valeurs qu’ils ont perdues.

8 COMMENTAIRES


“Nul n’est prophète en son pays”, hélas.
Écrit par : Mère-Grand | 22 mai 2013


Je partage avec vous cette vision: “Celui qui a compris qu’il n’a pas besoin de plus que nécessaire pour vivre…”, y compris le reste de la phrase. Et je souscris dans l’ensemble à votre analyse lucide.La vraie révolution viendra de l’intérieur, j’en suis aussi convaincu. Elle prendra plus longtemps mais elle sera ancrée dans une prise de conscience et non provoquée par contrainte – fut-ce une contrainte “positive” comme il y a des discriminations “positives”.Je découvre seulement aujourd’hui votre deuxième blog! Et je me demande toujours comment font certains, comme vous, pour illustrer la page de leur blog (cf votre bandeau du haut). J’ai déjà tenté de bidouiller dans la présentation avancée pour mettre ne serait-ce qu’une couleur, mais les lignes de codes m’en veulent et me boudent! 🙂
Écrit par : hommelibre | 28 mai 2013


Vous citez comme argument de Myret Zaki et Martine Brunschwig-Graf : “il était amoral et contreproductif d’obliger une partie de la population d’entretenir l’autre.”.Tout à fait d’accord, il est amoral et improductif que 99% des citoyens aient accordé, sans le savoir, 231 milliards de francs suisse de création monétaire à quelques banquiers en 2012, sans aucune condition en compensation. Le revenu inconditionnel existe déjà, pour les banquiers : partageons le.
Écrit par : Bernard | 04 juin 2013


Pierre Jenni a écrit : “Il est en outre particulièrement piquant d’observer que le système ne fonctionne que grâce au capitalisme et à la création de richesses que les défenseurs de l’initiative dénoncent pourtant si vigoureusement.”.C’est faux : le système ne fonctionne pas, il conduit à des crises par sa structure. La grenouille dans l’eau qui chauffe peut dire que tout va bien, mais le système la fait cuire de manière sûre. Ce n’est pas le capitalisme qui fait dire que le système fonctionne, c’est l’inconscience de son fonctionnement réel.
Écrit par : Bernard | 04 juin 2013


Bernard, j’aurais dû préciser que j’utilise ici le mot “système” pour parler du revenu inconditionnel de base et non pas du système au sens large.Mais d’ailleurs, existe-t-il un système au sens large ?
Écrit par : Pierre Jenni | 04 juin 2013


Ne jamais utiliser un mot comme “système” ou “inflation” sans définir sa portée ;-)J’ai interprété comme “système économique actuel” car justement le principe du revenu inconditionnel est par définition à l’opposé du capitalisme que vous citez dans la phrase, puisque le capitalisme accorde une revenu seulement à ceux qui ont un capital financier, alors que le revenu inconditionnel est accordé… sans condition, à tous les humains 🙂
Écrit par : Bernard | 04 juin 2013


Vous avez raison. Mea culpa. Je précise donc ici ma réflexion. Le revenu de base inconditionnel repose sur le capitalisme par la perception de l’impôt. Ce n’est que grâce aux créateurs de richesses et de valeur ajoutée que l’on pourra distribuer à tous un revenu de base.
Écrit par : Pierre Jenni | 04 juin 2013


Tout d’abord, merci de votre ouverture à la discussion.Et désolé, car je ne suis pas d’accord non plus 🙂 Ce qui créée les richesses à partager, ce sont d’abord les dons de la Terre, et ensuite effectivement le travail des humains qui transforment ces richesses.Ce qui confisque ces richesses à la plupart des humains, c’est le fait qu’ils acceptent le mécanisme perverti des monnaies actuelles. Certains reçoivent la création monétaire sans contrepartie, ils l’utilisent pour acheter le travail des autres, assez inconscients pour accepter.En 2012, certains ont reçu au moins 231 milliards de Francs suisse, sans aucune condition, ni travail ni impôts. On peut acheter quoi avec cela ? Le travail de ceux qui n’ont reçu aucune part de la création monétaire, et aucun impôt ne peut rectifier cela.
Écrit par : Bernard | 04 juin 2013

One thought on “Revenu de base inconditionnel

  1. Aujourd’hui le doute m’a saisi sur cette question de revenu de base inconditionnel. Car il fait partie de l’agenda du WEF et donne un pouvoir démesuré aux Etats qui tiennent les cordons de la bourse. Mais je persiste à penser que nous devrions au moins essayer pour voir. Quoi qu’il en soit, il faudra bien trouver un moyen de compenser la perte d’emploi massive que la robotisation induit, couplée avec l’explosion démographique et l’augmentation de l’espérance de vie.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: