Jean-Dominique Michel

Je ne recommanderai jamais assez l’immense contribution de Jean-Dominique Michel.

Il est pour moi un phare dans la nuit que nous traversons. Je suis immensément reconnaissant d’avoir pu connaître ses travaux au début de la crise en février 2020.

Il est devenu comme un compagnon de route. Un pilier, une référence et surtout un soutien. Je n’arrive tout simplement pas à comprendre comment il est possible de ne pas être séduit par une expression aussi limpide, fluide, synthétique et imagée, pour décrire sans la moindre note les différents aspects de la dystopie que nous traversons. Je me demande aussi pourquoi certains refusent de l’écouter, ne serait-ce qu’une fois. Et ne serait-ce que pour se conforter dans sa bien-pensance en traduisant à mesure.

Car il semble que ce mécanisme psychologique, qui permet de travestir les informations pour les faire correspondre à une prédisposition, est toujours à l’oeuvre en chacun d’entre-nous. En devenir conscient, dans une observation rigoureuse et non complaisante, est le début d’un processus salutaire de retour à soi, à l’essence de notre être, protégé des influences perverses. Le début d’un chemin qui devrait nous ramener vers la conscience de notre appartenance à un groupe, une famille, l’humanité, le collectif. La compréhension d’être beaucoup plus que cet esprit dans ce corps, cette personne dont le besoin de reconnaissance est devenu pathologique dans un monde d’individualisme onaniste exigeant tout et tout de suite de manière pathétique.

Je propose ici le lien sur son blog et son dernier billet porteur d’espoir. Du baume après le réalisme d’Ariane Bilheran qui ne voit pas d’issue pacifique à ce drame.

Certes, il n’est ni devin, ni voyant. Loin de lui l’idée de spéculer sur l’issue de ce drame. Mais, alors qu’il était prêt à prendre les armes s’il le fallait et je lui suis reconnaissant pour sa franchise à ce sujet, il pense aujourd’hui qu’il est parfaitement possible qu’une société parallèle se crée. Formée de parias sans passe-partout, pionniers du monde de demain.

Bref, que du bonheur dans la morosité ambiante qui n’est vraisemblablement que le début de la descente rapide aux enfers. La fin de l’ère de fer qui annonce le retour cyclique vers l’âge d’or comme le décrivait déjà au milieu du siècle dernier René Guénon dans son ouvrage particulièrement d’actualité : « La crise du monde moderne ».

Un avis sur « Jean-Dominique Michel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :