Ole Skambraks

Je n’en peux plus !

C’est sous ce titre que ce journaliste allemand nous offre un témoignage poignant sur l’absence de débat dans les médias et la censure systématique de tout discours dissonant face à la doxa gouvernementale.

Il risque gros, mais on sent qu’il a atteint la limite du supportable pour sa conscience. Merci donc à ce courageux et à tous ses collègues qui sauront s’en inspirer pour retrouver un peu de déontologie dans le métier.

4 commentaires sur « Ole Skambraks »

  1. Je suis quasi certain que vous n’avez pas entendu parler du Leitragin. Faites donc une recherche avec ce mot.

    Surprise, surprise.

    Les autorités suisses médicales et politique n’en ont rien à foutre de la santé de la population. Sinon ils importeraient d’autres vaccins que ceux à mARN et proposeraient ce Leitragin.

    Voyez ce qui se passe à Saint-Marin, population vaccinée au Sputnik V. Et où ill est possible maintenant de faire du tourisme vaccinal.

    On est en train de discriminer les non-vaccinés. Or il y a une loi pénale contre les discriminations. Ils s’assoient dessus. Chantage et dictature sanitaire.

    J’aime

    1. Merci Daniel pour cette information prometteuse. Mais lorsqu’on voit comment la communauté internationale a réagi au traitement Sputnik, on peut craindre le pire avec le Leitragin. Et comme nous avons pu le remarquer avec tous les traitements aussi bon marchés qu’efficaces, ils ne font pas le beurre de l’industrie pharmaceutique et sont systématiquement écartés.

      J’aime

    2. On parlera de dictature après le 28 novembre 2021. A ce jour, les Suisses ont plébiscité la loi covid en juin dernier à 60%. Maintenant, peut-on encore parler de démocratie lorsque les médias sont inféodés à la doxa ? La responsabilité nous incombe, nous participons tous activement ou non, nous façonnons le monde en permanence. Certes, lorsque le peuple dit non, comme avec l’initiative pour le renvoi des criminels étrangers, l’autorité trouve le moyen de contourner l’obstacle réduisant à peau de chagrin nos outils démocratiques si enviés de par le monde. Mais au final c’est une question de conscience et de curiosité. Si le citoyen suisse se sent suffisamment confortable et bien représenté il n’a aucune raison objective de douter de l’action des autorités. En revanche s’il est un peu curieux, il pourrait très vite réaliser que quelque chose ne tourne pas rond. Mais ça, il ne le veut pas car cela remettrait sérieusement en question son bien-être personnel. Faut croire que nous devrons toucher le fond pour rebondir.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :