mai 16, 2022

Conférence Dr. Louis Fouché et Jean-Dominique Michel

Je dois avouer avoir perdu le feu sacré qui anime encore des gens comme Louis et Jean-Dominique.

Je réalise que ma résistance à la covidémie n’était en fait que l’apéro d’un menu qui m’apparait dorénavant comme inéluctable. Nous devrons boire le vin jusqu’à la lie.

Pas sûr que je continue à participer à ces causeries. Mon pote Jampa s’en réjouira, lui qui a depuis longtemps renoncé. Ou plutôt bifurqué vers d’autres moyens. Ma lassitude lui donne raison.

Le blues du moment est aussi provoqué par la division dans notre famille. Les proches se déchirent.

Mais…

Je partage l’optimisme de Louis tout en validant la colère de Jean-Dominique. Nous traversons une époque extrêmement riche en évènements importants qui nous obligeront à changer de cap.

Cela se fera évidemment dans la douleur. Mais n’est-ce pas un des fondements de la condition humaine ?

Saurons-nous rester droit dans nos bottes, debout, ou plierons-nous comme le roseau pour laisser passer la tempête ? Chacun fera en âme et conscience.

Pour moi, au vu de l’ampleur du délire, j’ai choisi le repli, la retraite, l’éloignement du bruit. Don Quichote est mignon, mais je laisse les moulins à vents à ceux qui se sentent investis.

Pas sûr donc, à ce stade, que je continue ces billets. Mais je me laisse le temps d’y songer.

mars 24, 2022

Julian Assange

Pour moi il est le symbole de ce que nous vivons aujourd’hui. Et sa mission me touche tout au fond. Je suis à la fois complètement confiant dans la vie et parfaitement conscient de ne pas comprendre les méandres de notre histoire à un point tel que je doute d’une progression en spirale de l’Alpha vers l’Omega.

Si nous observons l’histoire des hommes depuis le jour où elle a été rapportée, écrite, décrite et documentée, ce qui n’est rien à l’échelle de l’aventure humaine, j’ai le sentiment que nous tournons en rond dans ce que les bouddhistes nomment le « samsara », cette roue qui tourne indéfiniment et nous enferme dans une logique répétitive inévitable.

J’ai la faiblesse de penser que cette impression ne vient que de notre incapacité à évaluer la réalité dans une perspective plus longue et large. La spirale pourrait bien être réelle mais invisible dans le temps court, qui correspond à notre espérance de vie, sur lequel nous établissons nos échelles.

La première manoeuvre qui a tenté de salir Julian Assange, avec cette histoire de viol en Suède, nous donne une mesure des façons pour se débarrasser de ceux qui tentent d’éclairer le monde sur les dérives du pouvoir.

Nous découvrons aujourd’hui qu’il est possible d’enfermer un individu, qui n’a été jugé coupable d’aucune infraction, durant près de dix ans, car son asile dans l’ambassade de l’Equateur était bien une forme de prison. Le revirement des autorités de ce pays lors du changement de pouvoir en dit long sur l’ampleur des arrangements en coulisses pour satisfaire aux exigences des puissants.

Pour moi, il est tout simplement impossible d’imaginer que cet homme courageux soit condamné et je suis très curieux de la suite de cette histoire qui sera déterminante pour la suite de notre aventure ici-bas. Espérons que le monde sera curieux de visionner le film qui retrace cette saga, « Hacking justice », pour mieux comprendre ce qui se trame.

Soit les puissants vont faire preuve de magnanimité pour tenter de redorer leur blason, ce dont on peut douter au vu de l’arrogance affichée, soit ils vont le sacrifier au nom du nouveau paradigme totalitaire qui fait fi du droit, ou le modèle avec un législatif complaisant qui valide des situations d’urgence, ce qui consacrerait la fin du contrat social ouvrant ainsi la voie à la guerre civile universelle des masses contre les autorités et le pouvoir.

Il semble que la fuite en avant est inévitable de la part de ceux qui nous ont imposé un agenda sanitaire mortifère. Le refus de tous les tribunaux disponibles d’entrer en matière sur les innombrables plaintes déposées, plus de 20’000 en France, indique que le peuple sera contraint de se soulever et sera réprimé de manière sanguinaire avec l’autorité et la légitimité octroyée par le souverain, ce peuple désinformé par une presse inféodée qui ne voit rien venir.

Et ainsi, presque sans effort mais avec un peu de précipitation, les puissants obtiendront ce qu’ils ont attendu depuis près d’un demi siècle et que Jacques Attali annonçait déjà; la diminution radicale de la population mondiale par un conflit généralisé. Le ver dans la pomme qui pourrit le fruit. Un artifice devenu facile dans un monde où il n’est pour ainsi dire plus possible de déterminer le vrai du faux tant la propagande est massive.

Le Covid n’était que l’apéro. La guerre en Ukraine devrait logiquement virer vers l’usage des armes nucléaires, ce sera le plat de résistance. Le dessert sera le chaos total qui accélérera la chute de notre monde tel que nous l’avons connu jusqu’ici et obligera l’humanité à se réinventer. Le plus vite sera le mieux histoire de ne pas faire durer le plaisir de souffrir. Et tout ça, juste pour pouvoir continuer comme avant en se débarrassant des réticents, en faisant comme si de rien n’était, alors que le véritable fond de cette crise est la mise en évidence de l’aberration du système de capitalisme de marché qui a perdu de vue ses fondamentaux et poursuit sa fuite en avant jusqu’à son anéantissement. Car, ne nous y détrompons pas, ce qui motive toutes ces dérives est bien l’effondrement de la finance et la dette insurmontable des états.

L’élection présidentielle en France sera un bon indicateur du niveau d’éveil général. Mais quel que soit le résultat, la suite sera vraisemblablement sanglante. Michel Maffioli nous en dessine les contours.

La récente « descente » de la police chez l’avocate active dans les procédures contre le gouvernement, Me Virginie Araujo-Recchia, en dit long sur le malaise des autorités. Ce signal sera aussi déterminant de la suite.

Nous vivons vraiment une époque formidable.

mars 18, 2022

Le « great reset » s’accélère

Le covid aura été un coup dans l’eau en ce sens qu’il a surtout permis aux populations de comprendre que, dorénavant, le monde occidental est à la dérive, les dirigeants à la solde des puissants et la démocratie moribonde.

Il fallait trouver autre chose pour imposer l’agenda du WEF. La guerre en Ukraine tombait à pic pour prendre le relai du covidisme et plonger le monde dans la déprime totale.

Faut-il être grand sage pour comprendre ces manoeuvres ? Ou bien l’humanité n’est-elle encore qu’un enfant mal éduqué ?

L’Ukraine annonce la couleur et se range derrière l’agenda du WEF qui a opportunément pris le relai dans le soutien à ce pays que les occidentaux ont lâchement laissé à lui-même. Personne ne veut être responsable du prochain conflit mondial, nucléaire, bactériologique et dieu sait quoi encore.

Mais les autres vont vite suivre puisque le rationnement est déjà une réalité pour de nombreux pays. La Russie propose déjà un plan d’aide aux familles qui s’étendra vraisemblablement à tous via le RBI. La monnaie numérique s’imposera partout pour balayer la dette et le dollar, encore pour un temps, monnaie de référence.

Et nous, le peuple, paralysé, endoctriné par une presse à 90 % aux mains des va-t’en guerre, assistons impuissants aux évènements qui nous dépassent. Car ne nous y trompons pas, il n’est plus possible de changer quoi que ce soit au niveau politique. Le système est verrouillé, votre vote sera détourné. A ce stade seule une abstention permettrait d’accélérer la fin de ce système à bout de souffle.

Nous allons au devant de moments difficiles. Mais, comme à chaque fois, ce déploiement d’énergie permettra un changement profond. Reste juste à espérer que ce ne sera pas le programme mortifère des allumés transhumanistes du WEF qui ont remplacé Dieu par une science balbutiante avec une arrogance spectaculaire qui suggère une forme d’autisme avancé.

mars 12, 2022

Zulu

Selon l’ONU, il y aurait encore plus de 6000 cultures actives sur la planète. Seul un tiers est recensé. Une, en particulier, est en voie de disparition. Elle vit la loi qui régit les empires. Un cycle implacable qui implique une chute à la hauteur vertigineuse de son déploiement.

L’occident a poussé la logique jusqu’au bout dès le moment où il s’est senti des velléités divines. La Science a eu l’arrogance de dépasser la mystique considérée comme une superstition. Le transhumanisme n’est que le but provisoire de ces nouveaux messies qui adulent la technologie sans vraiment mesurer le prix à payer.

Je suis tombé sur cette vidéo qui m’a touché et rappelé que la grande majorité, en termes de population, a gardé un contact avec l’énergie première, tellurique, celle qui imprègne tout. Dès lors nous pourrions presque nous réjouir de la fin de ce cycle qui aura permis de réaliser le cul-de-sac d’une société de consommation et de capitalisme de prédation dans la logique auto-destructrice du libre marché qui implique la financiarisation, les investissements productifs à court terme, volatiles et dépourvus d’émotion.

Je crains cependant que le monde ne réalise pas vraiment le danger que constitue le fameux 1% de Stiglitz. A eux seuls ils détiennent le pouvoir absolu de conditionner les peuples et in fine les anéantir pour pouvoir se partager le gâteau entre amis. Car ne nous y trompons pas. C’est bien l’agenda inavouable qui sous-tend toutes les dérives que nous traversons en cette fin d’ère. Et le dénouement risque bien d’être sanglant. Et ce juste pour continuer comme avant sans épuiser les ressources.

Qui complote ? Qui ose simplement penser ? Puis peut-être en causer…

février 24, 2022

La famille Von der Leien

Nicolas Ullens, ex-agent à la Sûreté de l’État qui a quitté ses fonctions pour dénoncer la corruption au sein de l’État belge, nous revient avec des informations concernant, cette fois-ci, la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen. Cette dernière est soupçonnée d’être impliquée dans plusieurs affaires de « gros sous ». Malgré de nombreux articles dans la presse, sa légitimité au poste de président de la Commission européenne n’est nullement remise en question. Mais ne serait-ce pas justement parce qu’elle y a sa place?

Ce témoignage n’en est qu’un parmi tant d’autres qui suggère que l’Etat de droit n’existe plus et que le troisième pouvoir est corrompu.

La conséquence de ces « Etats en putréfaction » implique inévitablement la révolte qui sera réprimée férocement. La guerre sera totale et c’est peut-être même le but recherché puisque ces instances ne se cachent plus et oeuvrent au grand jour sans crainte d’être poursuivies. Un moyen simple, radical et rapide pour diminuer considérablement la population mondiale devenue inutile dorénavant puisque la machine remplace efficacement les esclaves.

février 15, 2022

Eugénisme

Les propos de Jacques Attali m’ont poursuivi jusqu’à aujourd’hui. On ne peut aborder la question de l’explosion démographique de ces deux derniers siècles sans évoquer les théories eugénistes.

Mais qui ose ? Le sujet est moralement inabordable.

S’il semble évident que les puissants se sentent des envies d’espace et mettent tout en oeuvre pour réduire considérablement la population mondiale par tous les moyens possibles, il n’en reste qu’ils ne représentent que le 1%.

La Terre, elle, pourrait facilement accueillir vingt milliards d’humains. A la condition expresse et urgente de changer radicalement de système.

Or les puissants dont on cause, le sont devenus grâce aux mécanismes du capitalisme dont les fondements reposaient sur le caractère inépuisable des ressources. Pour continuer à fonctionner sur les mêmes ressorts de consommation-production, il s’impose de réduire la demande pour assurer le renouvellement cyclique des ressources.

Il ne s’agit donc de rien moins que réinventer le monde pour survivre.

Une telle révolution si urgente se fera probablement dans la douleur. Tous les secteurs sont concernés. Un « reset » s’impose. Il est incontournable.

Le monde se trouve divisé entre la minorité possédante, qui voudrait se partager le gâteau en réduisant d’un facteur 10 la population mondiale devenue parasitaire depuis que les machines assurent mieux, pour moins cher, à peu près toutes les tâches et la résistance, qui considère que cette planète permettrait à tous de vivre harmonieusement en adoptant les innombrables recettes disponibles et éprouvées.

La sagesse se trouve vraisemblablement au milieu. Rien n’empêchera l’homme de continuer à chercher à optimiser sa vie, durer et éradiquer la maladie, la vieillesse et peut-être même la mort. La science a pris la place de Dieu, nous sommes livrés en pâture à ses expériences dont les résultats sont toujours provisoires et aléatoires, nous sommes largués dans l’univers sans plus de soutien.

Est-il raisonnable de garder en vie nos vieux grabataires intubés (et entubés) qui ne demandent qu’à partir ? Est-il souhaitable de laisser se développer un foetus déficient génétiquement ? Où se trouve la limite et qui est autorisé à la définir ?

Je n’ai pas de réponse à ces questions. Juste des avis, susceptibles d’évoluer dans le temps. Je me sens incapable d’évacuer des conflits intérieurs de nature morale et donc arbitraires. Je suis à la fois horrifié par les propos de Jacques Attali et subjugué par une telle franchise. Il faut soit une sacrée dose de cynisme soit une profonde psychose, deux symptômes d’un ego mal géré.

décembre 14, 2021

Philippe Guillemant

Philippe Guillemant est un ingénieur physicien français diplomé de l’Ecole Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe. Il est Docteur en Physique et Habilité à Diriger des Recherches. Il exerce son activité au CNRS

Mon père était issu d’une famille protestante pratiquante. Il s’est converti au catholicisme pour pouvoir épouser ma mère qui était vraiment canon. Il est devenu le mouton noir de la famille, mais j’imagine que les germes étaient déjà présents. Philippe Guillemant parlerait d’une rétro-causalité du futur…

Nous allions à la messe tous les dimanches, mon frère et mes soeurs subissaient cette punition avec la carotte du seul repas avec viande de la semaine qui viendrait après ces lithanies en latin et un sermon, toujours paternaliste, que nous n’écoutions jamais.

Mon père si. A tel point qu’il a envoyé péter l’église pour rejoindre les francs-maçons où il gradera jusqu’à l’avant dernier degré.

Pour parfaire notre détestation du catholicisme, nos parents nous ont mis, mon frère et moi, dans des collèges de curés, La Longeraie d’abord avec des frères salésiens plus ou moins pédophiles, puis à St Louis. De l’aveu de notre mère, j’étais trop pénible à gérer à l’adolescence. Je développerai un jour cet épisode traumatique pour mon frère et moi.

C’est donc presque naturellement que j’ai déclenché ma quête spirituelle par un premier voyage en Inde sans en être conscient. Nous allions dans ces contrées parce que c’était la mode et qu’on fumait du bon shit.

En 1982, j’avais alors 25 ans, j’ai vécu une première sortie de mon corps lors d’un séminaire d’un mois à Kopan, monastère de bouddistes tibétains qui enseignaient les fondements de la philosophie, le Lamrim. Je n’en suis pas sorti complètement indemne et j’ai pris refuge dans le bouddha, le dharma et la sangha. Je développe ces évènements dans le léopard des neiges.

Toutefois, je n’ai jamais pris d’engagement spécifique, contrairement à mes potes de l’époque dont au moins deux sont devenus moines. Jampa, mon meilleur pote a craqué au bout de sept mois. Nos échanges à ce sujet sont colorés.

Cette longue introduction, qui résume en quelques mots ma quête spirituelle relativement précoce, ne vient que justifier ma méfiance des systèmes religieux et mon intérêt pour la science qui a, ou avait du moins, le mérite de ne pas péter plus haut que son cul.

Seulement voilà, nous savons aujourd’hui, covid oblige, que la communauté scientifique est divisée entre les scientistes, ces zélites qui conseillent les gouvernements, et les purs qui sont bien obligés de faire état de nos connaissances actualisées.

Or ces dernières viennent bouleverser en profondeur tout ce que l’on croyait savoir à ce jour à tel point que certains se convertissent devant l’ampleur des conséquences de ces découvertes.

Philippe Guillemant est particulièrement rafraîchissant dans ce contexte, même si nombre de ses pairs le considèrent comme un allumé de plus. Son ouvrage  » La physique de la conscience » bien que difficile d’accès pour le profane en physique quantique, propose un modèle passionnant qui pourrait bien un jour devenir une référence dans le domaine de la recherche. Ses spéculations sont terriblement séduisantes et répondent avantageusement à des questions fondamentales sur lesquels s’achoppent les spécialistes.

Mais si je le mentionne ici, dans la rubrique covid, c’est surtout grâce à son essai « Le grand virage de l’humanité » sorti en mai 2021 et qui observe la crise sanitaire avec un regard qui donne de l’espoir.

Selon lui, le coronavirus est une excuse, un prétexte, dont la supercherie ne durera plus très longtemps, pour cacher un agenda ouvertement avoué notamment dans les écrits de Klaus Schwab du Forum Economique Mondial (FEM) et sa messe de Davos qui réunit la crème des zélites. Le programme consiste à promouvoir une identité numérique et une monnaie crypto mondiale pour effacer la dette insurmontable des Etats.

Pour ceux qui voudraient creuser le sujet, je recommande vivement les productions de Vincent Held disponibles sur le site de Liliane Held-Kawam.

Mais la bonne, que dis-je ?, l’excellente nouvelle que nous propose Philippe, c’est que la supercherie du coronavirus aura permis à un nombre impressionnant d’individus de réaliser les intentions inavouables de ces zélites, un peu trop pressées pour imposer leur vision transhumaniste, et empêcher ce futur mortifère grâce à leur imprudence.

Je ne résiste pas à mentionner ce lien pour ceux qui n’auraient pas la patience, ou le temps de lire cet ouvrage. Mais aussi pour découvrir à quel point Philippe incarne son modèle. L’interviewer ne peut s’empêcher de nous infliger ses commentaires et pourtant, à aucun moment, d’aucune manière, ne pouvons-nous lire la moindre contrariété sur le visage du physicien. Il est au-delà du besoin si humain de valorisation personnelle, son « ego » n’est que « soma ». Et surtout il embrasse la famille humaine dont il est conscient d’être partie sans le moindre jugement. Epoustouflant !

Si la crise sanitaire n’avait pas eu lieu, nous aurions été les victimes plus ou moins conscientes d’un programme qui aurait permis de faire comme d’hab’, soit d’exploiter le plus grand nombre au profit de quelques nantis.

Je suis extrêmement soulagé de découvrir ce témoignage qui me permet enfin d’envisager le futur plus sereinement sans devoir rejoindre le maquis. La farce arrive à son terme et elle nous indique clairement le chemin.

novembre 26, 2021

Henry Kissinger

An Evening with Henry Kissinger Henry Kissinger, former U.S. Secretary of State and national security advisor for Presidents Richard Nixon and Gerald Ford, discusses the Vietnam War with LBJ Presidential Library director Mark Updegrove on Tuesday, April 26, 2016. Kissinger, who played a leading role in U.S. diplomatic and military policy during the Vietnam War, was the keynote evening speaker on the first day of the LBJ Presidential Library’s three-day Vietnam War Summit. LBJ Library photo by Marsha Miller 04/26/2016.

Dans son dernier ouvrage écrit à trois mains avec Eric Schmidt et Daniel Huttenlocher, Henry Kissinger fait part de son inquiétude face à l’intelligence artificielle.

Intéressant article du Time et l’interview qui se termine sur cette question : Dr. Kissinger, when, in 50 years, somebody Googles your name, what would you like the first fact about you to be ?

Sa réponse laisse pantois : « That I made some contribution to the conception of peace. »

Serait-ce une des manifestations de sénilité de la part de ce presque centenaire, ou une capacité hors norme à réécrire l’histoire pour se racheter une bonne conscience ?

Faut-il rappeler ses états de faits au cours de sa longue carrière pour comprendre à quel point la réponse semble déplacée ?

Ibrahim Warde, journaliste au « Monde diplomatique » nous donne un début de lecture édifiante dans cet article.

D’autres vont plus loin, mais internet censure largement. Le rapport confidentiel déclassé en 1989 est explicite sur la volonté de ce monsieur de réduire la population mondiale par tous les moyens disponibles.

Klaus Schwab n’a rien inventé, il ne fait que reprendre ces thèses eugénistes pour permettre aux puissants de se partager le gâteau.

Bref, j’ai commandé le bouquin pour me faire une idée de ce qui se trame. Mais je les vois déjà venir. Les Gafams sont complètement dépassés par les évènements et n’assument absolument pas les conséquences de leurs produits. Ils naviguent à vue et font semblant de ne rien y voir tout en étant soucieux de ne pas se mettre l’autorité à dos.

Un peu comme la pharma qui a réussi à se dédouaner de toute responsabilité dans les produits qu’ils proposent à la population, les « big five » sont en passe d’obtenir l’immunité grâce à leur pouvoir financier qui dicte l’agenda aux politiques.

Il sera intéressant d’observer l’évolution du dossier lancé par Donald Trump, vexé à la suite de son bannissement de Twitter, qui a remis en question la section 230 qui permettait à ces plateformes d’éviter toute responsabilité dans la publication des contenus.

Plus proche de nous, je me réjouis de découvrir, ou de vérifier ce que je présume, à savoir la frilosité du troisième pouvoir à trancher dans ce débat qui a été lancé par Mario Jelmini et qui a occasionné la fermeture de mes blogs à la Tdg.

octobre 15, 2021

Les amis de la constitution

Bon, je reconnais volontiers que j’ai fait preuve de vanité en me vexant, lorsque les amis de la constitution n’ont pas publié ma vidéo, sans même m’en donner les raisons.

J’ai cependant réalisé que cette équipe s’est constituée dans l’urgence et n’a pas trouvé les moyens de répondre à la demande importante des Suisses qui tentent de comprendre et de résister face à ce délire.

Il me semble important de les soutenir d’une manière ou d’une autre. Mais surtout, il s’agit de refuser de manière claire et nette la loi covid du 28 novembre 2021 qui est tout simplement obsolète puisqu’il n’y a plus de virus en circulation comme nous pouvons le vérifier dans les hôpitaux.

Mais les dés semblent pipés puisque la grande majorité de la population du pays a déjà dû se résigner à la vaccination pour obtenir l’infâme passe sanitaire. Comment imaginer que ces citoyens qui ont fait l’effort…

Non, ils n’ont pas fait l’effort, ils ont dû se plier. Pour continuer à vivre comme ils le souhaitent. Et ils vont en vouloir à ceux qui n’ont pas choisi cette option. Les véritables courageux, les combattants, les résistants, qui galèrent sérieusement pour rester en phase avec leurs convictions, ce sont eux qui font les efforts.

Bref, on reste dans ce combat entre deux camps irréductibles, à l’intérieur des familles, et c’est peut-être bien ce qui est souhaité par ceux qui nous font subir ce délire. Diviser pour régner, il n’est pas nécessaire de lire Machiavel pour le comprendre.

De grâce, refusez cette loi qui nous promet la descente aux enfers. Prenez conscience de votre responsabilité dans cette affaire et les conséquences sur vos enfants pour qui ces dispositions seront leur référence à l’avenir.

Je suis immensément reconnaissant d’avoir pu vivre à cette époque exceptionnelle. Je pense que nous n’avons jamais auparavant éprouvé autant de liberté et je doute que l’avenir qui se profile nous permette d’en sauver les restes.

Mais je suis un optimiste. Et même si les Suisses valident cette dystopie dans les urnes, la nature reprendra ses droits, quoi qu’il en soit. Nous pourrions cependant limiter les dégâts en pensant un peu par nous mêmes et pour le bien du plus grand nombre.

https://loicovid-non.ch/

octobre 14, 2021

Myret Zaki

Non, je ne vais pas vous faire l’article. Cette grande dame est partout et il n’y a rien que je puisse ajouter. J’ai juste choisi cette image parce que je la trouve super belle avec les cheveux tirés.

Si je vous la propose aujourd’hui ici, c’est parce que je suis littéralement tombé sur le cul lorsque j’ai suivi l’émission d’infrarouge sur la RTS et que l’un des intervenants a suggéré qu’il n’était plus possible de penser par soi-même.

J’ai partagé la réaction de Myret Zaki et cela mérite d’être rediffusé largement.

Ah, encore un truc au passage, juste pour dire. Sur son site, le premier élément qui vous est disponible, c’est son phone ! Et ne me croyez pas sur parole, essayez ! Elle vous répond personnellement et immédiatement. Tellement rare !

Bref, je vous laisse seul juge de ces échanges.

https://www.youtube.com/watch?v=CGWOg2-YDbI

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Spiko Dark par Spicethemes