novembre 2, 2021

Laurent Mucchielli

Sociologue, directeur de recherches au CNRS (Centre Méditerranéen de Sociologie, de Science Politique et d’Histoire).

« Dans les démocraties, la plupart des questions de sociétés font l’objet de débats publics contradictoires plus ou moins intenses et plus ou moins polémiques. Pourtant, si elle monopolise les commentaires dans les médias, la « crise sanitaire » ouverte par l’épidémie de coronavirus au début de l’année 2020 se caractérise par une fermeture inédite du débat public, une absence de véritable débat contradictoire, des phénomènes de censure et d’ostracisation pour le moins inhabituels. »

Je recommande vivement le blog de Laurent Mucchielli. Notamment cet article de février 2021 qui détaille les processus à l’oeuvre.

S’il est sain de douter et de se méfier des théories complotistes, il est en revanche fortement recommandé de se faire une idée par soi-même sans évacuer les discours dissonants.

Nous assistons, plus ou moins sidérés, à une division du monde en deux blocs qui ne se parlent pas, ou plus. Les conflits sont étouffés au sein des familles qui évitent le sujet alors qu’il est omniprésent dans les médias dits « officiels ». La guerre civile couve et l’humanité pourrait bien s’entre-tuer sans que personne ne lève le petit doigt.

Il sera même difficile de prendre le maquis et s’isoler dans la forêt pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être et surtout le génome trituré par des apprentis sorciers qui ont remplacé Dieu. Car les moyens technologiques dont ils disposent permettent déjà de tracer en permanence tout un chacun.

octobre 21, 2021

Guy Mettan

Bon pour la tête reste encore un des derniers médias à conserver un minimum d’intégrité et de dignité.

Le journaliste Guy Mettan quant à lui est un pur qui s’est mouillé. Il nous livre un remarquable historique des dérives gouvernementales pour nous rappeler qu’il est non seulement sain, mais vital de douter et de remettre en question la doxa lorsqu’elle ne tient sur rien de tangible.

Merci donc pour cet article certes un peu timide, réservé, qui semble indiquer que son auteur craint un peu d’être sanctionné. Je suis touché par ce courage timide qui évite de jeter la pierre afin de laisser une porte de sortie à ceux qui n’ont rien vu venir.

octobre 21, 2021

Jean-Dominique Michel

Je ne recommanderai jamais assez l’immense contribution de Jean-Dominique Michel.

Il est pour moi un phare dans la nuit que nous traversons. Je suis immensément reconnaissant d’avoir pu connaître ses travaux au début de la crise en février 2020.

Il est devenu comme un compagnon de route. Un pilier, une référence et surtout un soutien. Je n’arrive tout simplement pas à comprendre comment il est possible de ne pas être séduit par une expression aussi limpide, fluide, synthétique et imagée, pour décrire sans la moindre note les différents aspects de la dystopie que nous traversons. Je me demande aussi pourquoi certains refusent de l’écouter, ne serait-ce qu’une fois. Et ne serait-ce que pour se conforter dans sa bien-pensance en traduisant à mesure.

Car il semble que ce mécanisme psychologique, qui permet de travestir les informations pour les faire correspondre à une prédisposition, est toujours à l’oeuvre en chacun d’entre-nous. En devenir conscient, dans une observation rigoureuse et non complaisante, est le début d’un processus salutaire de retour à soi, à l’essence de notre être, protégé des influences perverses. Le début d’un chemin qui devrait nous ramener vers la conscience de notre appartenance à un groupe, une famille, l’humanité, le collectif. La compréhension d’être beaucoup plus que cet esprit dans ce corps, cette personne dont le besoin de reconnaissance est devenu pathologique dans un monde d’individualisme onaniste exigeant tout et tout de suite de manière pathétique.

Je propose ici le lien sur son blog et son dernier billet porteur d’espoir. Du baume après le réalisme d’Ariane Bilheran qui ne voit pas d’issue pacifique à ce drame.

Certes, il n’est ni devin, ni voyant. Loin de lui l’idée de spéculer sur l’issue de ce drame. Mais, alors qu’il était prêt à prendre les armes s’il le fallait et je lui suis reconnaissant pour sa franchise à ce sujet, il pense aujourd’hui qu’il est parfaitement possible qu’une société parallèle se crée. Formée de parias sans passe-partout, pionniers du monde de demain.

Bref, que du bonheur dans la morosité ambiante qui n’est vraisemblablement que le début de la descente rapide aux enfers. La fin de l’ère de fer qui annonce le retour cyclique vers l’âge d’or comme le décrivait déjà au milieu du siècle dernier René Guénon dans son ouvrage particulièrement d’actualité : « La crise du monde moderne ».

octobre 13, 2021

Antivax ? euh… non pas vraiment, mais…

C’est fou tout de même ce besoin qu’éprouvent certains de catégoriser. On est pour ou contre, c’est noir ou blanc. Et sitôt que tu choisis ton camp, tu es irrémédiablement compromis aux yeux de ceux qui ont choisi l’autre.

Ainsi les familles se déchirent entre ceux qui estiment que nous n’avons pas le recul nécessaire pour évaluer en toute conscience l’efficacité des remèdes proposés, et ceux qui font encore confiance en nos autorités.

Je ne jette pas la pierre sur nos élus, je sais qu’ils disposent d’informations qui me sont inaccessibles et qui répondent à une gestion plus globale des problèmes. Mais alors il ne faut plus parler de démocratie si nous ne devons que valider leurs choix sans analyse.

Tout le monde semble considérer que les vaccins sont un immense bien pour l’humanité. Ceux qui sont réservés sont immédiatement considérés comme des complotistes, si ce mot veut encore dire quelque chose aujourd’hui.

Et pourtant, il est permis de douter. Et l’internet nous offre des pistes à explorer pour se faire une idée propre, indépendante de la bien-pensance officielle rarement remise en question.

Pasteur en sauveur ? Voici de quoi moudre du grain et peut-être commencer à faire confiance dans la nature, dans la vie et les épreuves qu’elle nous réserve.

Je suis le premier à accepter son verdict. Bien sûr, comme beaucoup, j’ai hésité à m’inscrire à la proposition alléchante de consultation presque gratuite pour vérifier l’éventuel intrusion de cellules cancéreuses dans mon colon. Selon les autorités, ce mal est subi par près du quart de la population. J’ai viré ces offres et accepté que je fasse partie des 30% concernés par la problématique. Car je ne puis accepter de vivre dans cette angoisse préventive excessive qui m’empêche de jouir de l’instant présent.

Plus globalement, je remets en question toute la notion d’assurance qui est un déni, un refus, une résistance artificielle à ce qui doit être. Et qui plus est, engraisse quantité d’intermédiaires opportunistes qui ne font qu’accroitre l’anxiété générale.

Merci à « réseau international » pour cette contribution qui devrait inciter tout être normalement constitué à remettre en question la doxa dominante qui nous écrase comme une chape de plomb depuis près de deux ans.

https://reseauinternational.net/pasteur-sauveur-ou-imposteur/

https://reseauinternational.net/lettre-ouverte-aux-journalistes-diffamateurs/

septembre 24, 2021

T’es vacciné, toi ?

C’est presque la première question lorsqu’on croise un pote. Avant c’était « salut, qu’est-ce que tu deviens ? »

Et comme je n’ai pas le courage de développer ma position à ce sujet, je reste sagement confiné.

Il y aurait tant à dire. Sur la question de la vaccination en général, et j’y reviendrai dans de prochains articles, mais surtout sur ce qui est aujourd’hui abusivement appelé « vaccin » alors que c’est en fait une expérience inédite risquée car nous n’avons pas le recul nécessaire à son évaluation.

Ce qui est le plus choquant à mon avis, c’est le fait que personne n’est dorénavant responsable des éventuels effets dévastateurs de ces substances. Les entreprises qui mettent ces produits sur le marché ont trouvé le moyen de se dédouaner et obtenir l’immunité. Ce sont donc, théoriquement, les autorités qui doivent assumer les conséquences. Théoriquement, parce que dans les faits, elles aussi se sont couvertes par des lois d’urgence avec caractère rétroactif.

Je reviendrai aussi sur le principe odieux du pass sanitaire qui vise à maximiser la vaccination tout en prétendant qu’elle n’est pas obligatoire. Ce chantage est indigne de nos autorités et, d’ailleurs, les populations se soulèvent. Même ici, en Suisse, où nous ne sommes pas connus pour nos esprits rebelles, les gens descendent dans la rue avec plus de sept manifestations durant le mois de septembre 2021, interdites évidemment, mais tolérées, forcément, vu le nombre de participants.

Je relaye donc ici la synthèse rigoureuse du Prof. Jacques Pollini sur le site du résistant Jean-Dominique Michel que je ne remercierai jamais assez pour ses inestimables contributions. C’est grâce à lui que j’ai ouvert les yeux précocement en mars 2020 lorsque j’étais confiné à New Delhi. Je l’évoquerai souvent, il est devenu pour moi un repère, un pilier, un ancrage dans ce monde à la dérive.

septembre 24, 2021

Combien de morts ?

Les médias nous ont matraqués de chiffres alarmants durant plus d’une année et puis, plus rien.

La raison semble évidente, ces chiffres sont contestés et disponibles sur des sites officiels. Ils permettent de vérifier notamment que le Covid a fait moins de victimes en 2020 que la grippe en 2017.

Sans parler de grippette, on peut aujourd’hui affirmer que le Covid s’apparente à une grippe sévère, sans plus. Les véritables causes de la mortalité proviennent essentiellement du vieillissement des populations (babyboomers).

Et on attend les chiffres de la surmortalité due aux mesures sanitaires qui produiront leurs effets à plus long terme pour tous les soins qui ont été supprimés, comme la détection de maladies graves (cancer). Ainsi que les victimes directes des mesures sanitaires (pneumoptahologies provoquées par le port du masque, suicides)

Merci donc infiniment à ce jeune homme et son site Décoder l’éco. Plus particulièrement à cette vidéo qui démontre les mauvais calculs des décodeurs.

https://www.youtube.com/channel/UCX6iYvJWGOQfGsFo2KSSm-w

septembre 22, 2021

Barbara Stiegler

La santé ne doit pas être une valeur morale suprême interdisant le débat.

Et ce débat reprend aujourd’hui grâce à des personnes comme Barbara Stiegler mais surtout par le ras-le-bol devant tant d’incohérences de nos autorités devenues inaudibles.

https://reporterre.net/Barbara-Stiegler-Les-autorites-detournent-les-questions-sanitaires-pour-instaurer-une
https://reporterre.net/Barbara-Stiegler-Les-autorites-detournent-les-questions-sanitaires-pour-instaurer-un
https://reporterre.net/Barbara-Stiegler-Les-autorites-detournent-les-questions-sanitaires-pour-instaurer-une
https://www.letemps.ch/societe/barbara-stiegler-sante-ne-une-valeur-morale-supreme-interdisant-debat