octobre 7, 2021

Hey, Taxi !

Ado, je grattais les cordes d’une guitare acoustique sur laquelle j’avais branché un micro amplifié sur une vieille radio. J’ai bien suivi quelques cours au conservatoire populaire, mais sans véritable motivation. D’une part parce que je suis fainéant et d’autre part parce que le prof me faisait faire des gammes.

Un peu avant j’avais suivi quelques cours de piano à la « Longeraie », internat de prêtres salésiens où je me morfondais. La prof était âgée, mais elle me faisait jouer des morceaux de la « méthode rose » qui me ravissaient. Lorsqu’elle est décédée, son remplaçant s’est à son tour mis à me faire faire des gammes.

Aujourd’hui, je regrette évidemment de n’avoir pas acquis cette maîtrise bien utile. J’ai d’ailleurs subi les mêmes conséquences avec les langues tant j’étais réticent à l’appris par coeur, le vocabulaire, qui me manque terriblement lorsque je tente de m’exprimer dans une autre langue.

Et pourtant, je pense que ma voie avait un sens. J’ai échappé au formatage académique et mes productions sont vraiment originales. Certes, elles manquent évidemment de virtuosité mais peut-être à l’avantage de la spontanéité et le caractère unique, très personnel, de l’expression.

J’ai produit le CD Hey, taxi ! en 2000. C’est le résultat d’un long travail de studio où j’ai enregistré des musiciens locaux professionnels et amis pour certains. J’ai ensuite fait ma cuisine sur mon Mac.

C’est la faiblesse de cet album. Nous n’avons jamais joué ensemble et ça se sent. Pourtant le résultat est là et j’en suis plutôt satisfait.

Lors du mastering, mes oreilles étaient un peu agressées par les médiums et je demandé à Urs, qui s’occupait du mix, de rajouter des basses. Erreur que je regrette aujourd’hui car la qualité n’est pas suffisante pour entendre ces titres sur les radios. Je pourrais certainement re-masteriser les pistes, mais je préfère passer à autre chose. Ce d’autant plus que nous avons travaillé en 16 bits. De la préhistoire !

Sur le site créé à cette occasion, j’ai proposé quantité de compositions claviers que je dédiais à la musique d’illustration sonore pour des films. Les lignes de la section rythmique sont rudimentaires, elles servent plus de métronome pour mettre en valeur les sons des claviers. J’en ai repris quelques unes sur lesquelles je travaille en ce moment pour y introduire du vocal français cette fois et des musiciens invités, principalement pour la basse et la guitare. Je me suis aussi fait plaisir avec des guitares rythmiques. Vous pourrez vous en faire une idée sur « Causer » et « Muezzin » sur le site de musique suisse Mx3.

Je continue donc l’aventure créative et je publierai ici l’avance du projet ainsi que quelques vieilleries qui me tiennent à coeur.

http://www.hey-taxi.com/

https://mx3.ch/hey_taxi

octobre 7, 2021

Hey, Taxi !

A la suite de ma première expérience de publication, j’ai éprouvé l’envie d’écrire un polar.

Le scénario m’est venu durant mon sommeil, comme souvent, et j’ai pondu la moitié de l’intrigue en deux semaines. Les mots me venaient tout seuls. Et puis soudain, crack ! Je ne savais plus où aller. J’ai donc posé le tapuscrit un mois.

Mais lorsque je m’y suis remis, le coeur n’y était plus vraiment. L’histoire me plaisait bien, mais j’avais besoin de plus d’essentiel, moins d’intrigue artificiellement alimentée. Bref, j’ai perdu l’intention première du polar et j’ai viré dans mes travers d’essais philosophiques rendant ainsi la démarche pour le moins incongrue.

Une fois la décision prise, la suite m’est venue d’elle-même en deux semaines.

Je n’ai aucune idée de la valeur littéraire de cette contribution. J’imagine qu’elle ne vaut pour ainsi dire rien dans la catégorie polar car le lecteur sera forcément frustré par la chute de l’énigme.

Je n’ai aussi jamais compris que l’on puisse faire des efforts pour écrire et que ça prenne du temps. Certes, tout écrivain sérieux se doit de se renseigner la moindre sur les sujets qu’il aborde, même s’ils ne servent que de décor, mais l’écriture me semble un geste très spontané, une mise à plat de pensées plus ou moins coordonnées pour constituer une histoire.

Je ne me considère donc pas comme un écrivain dans le sens courant du terme et mes productions sont un peu comme des pets, des éructations, des choses qui demandent à sortir. Et comme j’ai de la facilité pour synthétiser ces pensées, je peux aisément construire quelque chose de cohérent.

Mais celui qui pense se distraire dans une affaire policière standard sera déçu. Ce polar est un nouvel essai d’observation de la nature humaine dans un contexte un peu farfelu et surtout le témoignage d’une quête existentielle incarnée dans le personnage central qui n’est autre que l’auteur déguisé.

Ci-dessous quelques liens pour obtenir l’ouvrage ou lire des extraits :

https://www.societedesecrivains.com/hey-taxi.html/

https://www.payot.ch/Detail/hey_taxi_-pierre_jenni_-9782342049503

https://www.kobo.com/ch/fr/ebook/hey-taxi

https://play.google.com/store/books/details/Pierre_Jenni_Hey_taxi?id=uYnrCwAAQBAJ&hl=fr&gl=US

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Spiko Dark par Spicethemes