T’es vacciné, toi ?

C’est presque la première question lorsqu’on croise un pote. Avant c’était « salut, qu’est-ce que tu deviens ? »

Et comme je n’ai pas le courage de développer ma position à ce sujet, je reste sagement confiné.

Il y aurait tant à dire. Sur la question de la vaccination en général, et j’y reviendrai dans de prochains articles, mais surtout sur ce qui est aujourd’hui abusivement appelé « vaccin » alors que c’est en fait une expérience inédite risquée car nous n’avons pas le recul nécessaire à son évaluation.

Ce qui est le plus choquant à mon avis, c’est le fait que personne n’est dorénavant responsable des éventuels effets dévastateurs de ces substances. Les entreprises qui mettent ces produits sur le marché ont trouvé le moyen de se dédouaner et obtenir l’immunité. Ce sont donc, théoriquement, les autorités qui doivent assumer les conséquences. Théoriquement, parce que dans les faits, elles aussi se sont couvertes par des lois d’urgence avec caractère rétroactif.

Je reviendrai aussi sur le principe odieux du pass sanitaire qui vise à maximiser la vaccination tout en prétendant qu’elle n’est pas obligatoire. Ce chantage est indigne de nos autorités et, d’ailleurs, les populations se soulèvent. Même ici, en Suisse, où nous ne sommes pas connus pour nos esprits rebelles, les gens descendent dans la rue avec plus de sept manifestations durant le mois de septembre 2021, interdites évidemment, mais tolérées, forcément, vu le nombre de participants.

Je relaye donc ici la synthèse rigoureuse du Prof. Jacques Pollini sur le site du résistant Jean-Dominique Michel que je ne remercierai jamais assez pour ses inestimables contributions. C’est grâce à lui que j’ai ouvert les yeux précocement en mars 2020 lorsque j’étais confiné à New Delhi. Je l’évoquerai souvent, il est devenu pour moi un repère, un pilier, un ancrage dans ce monde à la dérive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *