septembre 1, 2016

Je te tiens, tu me tiens…

Plus j’étudie les causes des divers évènements qui secouent la planète depuis que je suis en âge de raisonner, plus j’en viens à me dire que nous nous sommes faits avoir à notre propre jeu.

Plus jeune, je naviguais à contre-courant et fustigeais cette gauche planquée qui voulait infliger des leçons à tous en imposant la solidarité.

Encore récemment, lors de ma campagne pour le CE, je me plaçais à la droite libertaire et humaniste, encore un peu naïf sur les vertus des lois du marché embrassées par tous, gauche comprise depuis Tony Blair.

Et puis j’ai compris un principe. On ne fera rien sans l’assentiment général. On ne pourra pas imposer la solidarité car les nantis trouveront toutes les parades pour échapper aux ponctions comme on le voit aujourd’hui avec les grands groupes transnationaux qui ne paient pratiquement pas d’impôts. On ne pourra pas non plus stopper la fuite en avant vers le profit en tentant de diaboliser des groupes comme Monsanto et certainement pas sur la base des allégations d’autres groupes comme Greenpeace qui n’osent tout simplement pas parler du problème majeur des émanations de méthane par l’élevage intensif des bovins car ils perdraient trop d’adhérents et donc de cotisants qui ne sont pas prêts à revoir leur diététique.

Il va donc falloir la jouer plus fin. Je viens de tomber sur un bon exemple avec Jerry Hayes dans son combat pour sauver les abeilles. https://plus.google.com/+PierreJennihey-taxi

De même pour les questions climatiques. Ce n’est que lorsqu’on a compris que les énergies renouvelables étaient profitables que des entreprises se sont lancées dans ce créneau.

En revanche, tel un contre-exemple, certains se battent encore pour garder leurs acquis, sauver les meubles dans un monde en profonde mutation en s’opposant à toute mesure qui permettrait d’accélérer les prises de conscience. Ainsi, dans son dernier billet, Fabienne Gautier dénonce une initiative des Verts non pas sur le fond mais sur les conséquences immédiates et prévisibles.

De même en ce qui concerne le très long travail de dépénalisation de la consommation des drogues dont les diverses politiques répressives ont démontré leurs limites. Personne ne veut être le premier à se lancer de crainte de devenir un havre pour les toxicomanes et autres délinquants. Aux USA, malgré l’interdiction au niveau fédéral, plusieurs Etats ont compris que l’affaire était non seulement plus efficace en termes de santé publique, mais aussi lucrative et bienvenue pour remplir les caisses de l’Etat.

Le débat d’hier soir sur infrarouge au sujet de l’AVS est aussi révélateur. L’argument du Conseil Fédéral pour s’opposer à l’augmentation des rentes est uniquement financier. Il n’y aurait pas l’argent. Voilà qui peut sembler étonnant dans un pays qui caracole en tête de tous les hit-parades. La raison est assez simple à comprendre. Les questions financières ne se gèrent plus au niveau local. Tout le monde se tient par la barbichette et personne n’a envie de rire en premier. Celui qui se risquerait à taxer les transactions financières subirait immédiatement une importante hémorragie des plus grands contributeurs, sociétés transnationales opportunistes et volages, très flexibles, provoquant un tsunami par seppuku.

Et pourtant, un prélèvement d’un petit pourcent permettrait non seulement au monde entier de vivre à sa faim, mais règlerait immédiatement toutes les questions des assurances sociales, ce serpent de mer qui tente vainement de trouver des remèdes à l’arrivée des baby boomers à la retraite par des bricolages improbables. Le revenu de base inconditionnel s’imposera de lui-même lorsque nous auront tout essayé, vainement. Mais ici aussi, qui va se lancer le premier ? En tous cas pas les Suisses qui se sont d’ores et déjà prononcés massivement contre cette idée et qui ne sont pas connus pour leur témérité.

D’aucuns rêvent d’une instance supranationale qui imposerait ce régime unilatéralement. C’est mal connaître l’humain et faire preuve d’une cécité coupable devant les innombrables exemples de l’Histoire. Il faudra pourtant trouver le chemin ensemble et vite si nous ne voulons pas vivre un nouveau bain de sang provoqué par la révolte du plus grand nombre matée par la petite minorité aux commandes des pouvoirs et des forces. Le soulèvement est programmé, les miettes lâchées ne suffiront plus à calmer la masse exploitée.

Catégories : Air du temps, écologie, Economie, Economie numérique, Finance, Fiscalité, Marché, papy boomers, Politique, RBI, révolution industrielle, votations 10 commentaires

Commentaires

  • Alors le Pierre !

    Ca travail là-dedans ?? Écrit par : Corto! 00h46 – dimanche 11 septembre 2016
  • T’es venu trop tard pour faire prendre la sauce Corto.
    Ce qui me désole un peu et qui contribue à me faire plus rare ici, c’est que, chaque fois que j’ai l’impression que mon billet est important, je n’ai pour ainsi dire pas de réaction.
    En revanche, je lance le mot « islam » et c’est le déferlement… Écrit par : Pierre Jenni 11h20 – lundi 12 septembre 2016
  • Ben… et vous oubliez Israël… « Palestiniens » :)))))))) Écrit par : Patoucha 21h50 – samedi 24 septembre 2016
  • Faut dire que tes préoccupations ont comme un arrière goût d’auto-satisfaction quasis adolescentes, presque puériles, avec ceci de particulier que tu es assez chiant sur le long terme.

    En plus tu tournique autour des crétins de la branche la plus pourrie du zoo genevois, que veux-tu que je te dise, sinon que ton histoire, se voulant originale est insipide et blême !

    Tu ne détonnes pas trop dans le contexte local !!

    Genève, comme une bonne partie de l’Europe sombre dans un marasme qui confirme ce pour quoi je suis censuré sur les 9/10 des sites populo-crypto-socialiste qui pullulent dans la TdG.

    Ce que j’ai annoncé il y a déjà 8 ans se réalise à la virgule près, maintenant l’étape finale de ce désastre annoncé s’affiche en première page et au quotidien et plus ça approche et plus la peur paralyse et plus je suis censuré, comme un baromètre qu’il faille caché !

    Bientôt, et bien plus tôt que ce qu’attendu, guerre civile en France et des centaines de milliers de migrants et français qui vont débarquer dans une furie sans précédent sur le canton frontalier de cette France en guerre !

    La confédération va abandonné Genève, trop difficile à défendre, par contre il sera impossible de fuir, la nouvelle frontière commencera entre les pieds du Jura et le lac au niveau de Nyon, tout est préparé !! Écrit par : Corto 02h17 – samedi 24 septembre 2016
  • Très bon billet ! Écrit par : lovejoie 07h17 – samedi 24 septembre 2016
  • Oui, bon billet, peut être au niveau rédactionnel, quoi que pédant, comme ces chewing-gum que l’on hésite à coller sous le pupitre, disons scolaire !

    Lovejoie joue au gentil, ne pas mélanger, Pierre est un bon gars, un très bon gars, c’est son problème, mais il s’est enfoncé dans sa bongarsdiesse et semble las !

    Oui, on l’aime bien, même beaucoup « le » Pierre, un peu comme un de ces petits canardeaux égaré dans une marre gluante de boue putride.

    Normalement, 99% des gars comme Pierre, dégoûtés, se prennent des billets pour la Thaïlande, les Philippines, l’Afrique de l’ouest ou le Pérou et reviennent bronzés avec une gamine harponnée dans un lieu équipé, ils racontent ensuite comment leur vie est incomparablement riche et combien ils se sont métamorphosés, ce genre de miracle qui commencent avec une passe à 10 $ !

    Non, Pierre n’est pas comme ces miraculés dégoûtés par ce manque d’odeur généralisé. Il essaye de remuer, d’agiter, d’aérer, mais sans que la moindre fragrance caqueuse ne lui chatouille ses instincts. Déprimant !!

    Il aurait aussi pu faire un plongeons dans ces poudres blanches ou ces ordonnances sponsorisée par les banquiers pharmaciens ravis de cette situation implosive !

    Pierre, il ne te reste qu’une vocation, rases-toi le crane et va prêcher la bonne parole !!

    (rires) !! Écrit par : Corto 11h02 – samedi 24 septembre 2016
  • J’aime bien ce que tu dis Corto. J’ai l’impression de comprendre de quoi tu parles. Mais, au final, je m’interroge sur tes intentions.
    Qu’est-ce que tu proposes ? Écrit par : Pierre Jenni 21h12 – samedi 24 septembre 2016
  • « L’argument du Conseil Fédéral pour s’opposer à l’augmentation des rentes est uniquement financier. Il n’y aurait pas l’argent. »

    Qu’ils commencent pas faire baisser leurs salaires FARAMINEUX et tous les avantages qui suivent! Baisser l’AVS des conseillers fédéraux partis à la retraite et ceux qui partent prochainement….

    De l’argent? Il n’en manque pas! Il est mal géré et pas distribué à bon escient! Écrit par : Patoucha 22h08 – samedi 24 septembre 2016
  • Pierre, déjà de faire repartir ta note !!

    Patoucha, j’avais il y a 15 ans, fait une proposition chiffrée consistant à taxer les robots et certaines machines supprimant des emplois par milliers !

    C’est étonnant, bien que très logique, cette solution est systématiquement éludée !! Écrit par : Corto 00h19 – dimanche 25 septembre 2016
  • LES MOTS QUI DISPARAISSENT – PAR JEAN D’ORMESSON
    Il y a des mots, des expressions, qu’on n’entend plus ou qu’on emploie moins.
    Ils arrivent exténués, à la fin du deuxième millénaire.
    Le siècle qui vient risque de leur être fatal.
    Conservez-les, un jour viendra peut-être où on ne les trouvera plus dans aucun dictionnaire, si ce n’est du vieux français…
    Quelques exemples:
    INCULPATION –
    A été expurgé du Code Pénal au profit de « mise en examen ». Cela afin d’éviter une infamante présomption de culpabilité.
    Etre « en examen » ne présage pas du résultat de l’examen.
    Aujourd’hui quand quelqu’un est MIS EN EXAMEN, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité ?
    Comme du temps où il aurait été « inculpé ».
    INSTITUTEUR –
    Longtemps remplacé par « MAÎTRE D’ÉCOLE ». Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l’enseignement,
    au bénéfice de « PROFESSEUR des ÉCOLES »
    MAÎTRESSE –
    Ne pas assimiler à la version féminine d’instituteur !
    Ce serait une « professeuse des écoles ». Les maris n’ont plus de maîtresse mais une « amie ».
    Les épouses conservent parfois l’amant, mais seulement à cause de la connotation romantique : les moins romantiques n’ont qu’un ami aussi.
    MORALE –
    A force d’être inemployée a disparu. Ne demeure que « ordre moral », mais attention : connoté de « fascisme »
    Toutefois personne ne se réclame du « désordre moral ». La morale n’est plus enseignée, elle est remplacée par « éducation à la citoyenneté »
    MOURANT –
    Il n’y a plus de mourant mais des malades en « phase terminale ».
    Afin d’éviter une regrettable confusion ne dites pas à votre fils qu’il est en terminale mais qu’il va passer son bac !
    Pour désigner un mort doit-on parler d’un individu « en phase terminée » ?
    PATRIOTE –
    Totalement absent du vocabulaire politique et civique.
    Désigne aussi un bon citoyen américain et un missile américain.
    PATRON –
    Nous n’en avons plus, ni même des chefs d’entreprise ,
    mais des DIRIGEANTS D’ENTREPRISE.
    Le CNPF (C N du patronat français) en a pris acte en devenant le MEDEF.
    Seuls quelques cégétistes utilisent encore le terme de « patron » ce qui prouve bien qu’il est désormais péjoratif…
    PAUVRE –
    N’existe plus. C’est un « défavorisé », un « plusdéfavorisé », un « exclus », un « S.D.F. » à la rigueur un « laissé pour compte ».
    Dans les année 80, il subsistait uniquement dans l’appellation « nouveau pauvre »; ce fut le chant du cygne.
    PROVINCE –
    Dire « en RÉGION ». On ne dit plus du « provincial » mais du « RÉGIONAL ».
    RACE –
    A été abolie au profit « d’appartenance ethnique ». Sinon, vous êtes raciste, fasciste, nauséabond, …
    On peut néanmoins dire « black » en anglais et en banlieue.
    SERVANTE, bonne –
    Se trouve dans les romans du XIX° siècle.
    Aujourd’hui c’est une « employée de maison ».
    Quand elle s’occupe de vieux – pardon de « personnes âgées » – elle devient « auxiliaire de vie ».
    SÉQUESTRÉ –
    Aucun cadre, aucun chef d’entreprise n’est séquestré, il est « retenu contre son gré ».
    VANDALE –
    a laissé place à « jeunes en colère » au « paysans en colère ».
    L’ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.
    VANDALISME –
    impolitesse, injures, agressions, bris de matériel, racket sont regroupés sous le terme « incivilités ».
    On ne dira plus que ce sont des « sales gosses » mais qu’ils « manquent de civilité ».
    A noter la louable tentative de Jean-Pierre Chevènement d’introduire la bénigne expression » SAUVAGEON ».
    Il dû battre en retraite devant « l’Insurrection des consciences ».
    VOL –
    Terme réserve aux gagne-petit et aux obscurs.
    Pour les politiques on parlera « d’enrichissement personnel ». Ce qui est condamné unanimement par les collègues contrairement à
    l’enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu’au parti, mérite la compréhension, ce que les juges n’ont pas encore compris.
    VOYOU –
    En voie d’extinction. On ne connaît que des individus « connus des services de polices », des « récidivistes », des multi-délinquants ».
    UN NOUVEAU MOT FRANÇAIS DE MONSIEUR JEAN D’ ORMESSON
    Je vous prie d’enregistrer le dernier mot de notre belle langue française, avec la définition par l’un de ses plus farouches défenseurs :
    « L’INAPTOCRATIE.
    DÉFINITION : –
    Un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres
    >>>>>>> de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la
    confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle.
    TRADUCTION BRITANNIQUE…
    Il n’y a pas lieu de désespérer parce que comme l’a dit Margaret Thatcher :
    » Le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres « .
    Ou comme l’a si bien dit Winston Churchill : « Les socialistes, c’est comme Christophe Colomb :
    quand ils partent ils ne savent pas où ils vont et, quand ils arrivent, ils ne savent pas où ils sont »
    …et tout cela avec l’argent des autres !!!
    D’où l’invention du GPS : Guide Pour Socialiste
    A l’école primaire des socialistes, on apprend les 4 opérations :
    – L’addition des impôts;
    – La soustraction des revenus;
    – La division du travail.
    Aux élections prochaines, votez pour Ali Baba. Au moins vous serez sûrs de n’avoir que 40 voleurs. »
    Jean d’ORMESSON. Écrit par : Corto 09h57 – samedi 01 octobre 2016
avril 6, 2016

Démantèlement des centrales nucléaires, la dure réalité des chiffres

C’est une véritable cacophonie. Dans le désordre, on entend tout et son contraire.

Ainsi, selon la directrice des Forces motrices bernoises (BKW), Mme Thomas, tout est sous contrôle. Et même si le rendement actuel ne permettra pas de couvrir les coûts du démantèlement de la plus vieille centrale de Suisse, sa société provisionne depuis plus de 40 ans.

Son contradicteur à Forum hier, Florian Kasser de Greenpeace suggère au contraire un malaise puisque BKW vient de décider d’allouer 15% de son budget à la progression de ces coûts.

Les parlementaires, qui portent une lourde responsabilité dans les choix de ces dix dernières années puisque les sociétés actives dans l’énergie sont essentiellement en mains publiques, s’écharpent et invoquent nombre d’excuses pour éviter leur remise en question. Ils prient pour une hausse des prix du courant qui viendrait encore plomber la reprise économique.

En décembre 2008, dans l’euphorie de la création d’Alpiq, détenue majoritairement par les services publics romands, EOS Holding distribuait gracieusement de substantiels dividendes à ses actionnaires.

En mai 2011, le Conseil fédéral a décidé d’engager le pays sur la voie de la sortie du nucléaire, à l’échéance de 2034. C’est donc sans surprise que l’Office fédéral de l’énergie annonçait fin 2012 l’explosion des frais liés au démantèlement.

Le 5 septembre 2013, le député Pierre Amstutz déposait une interpellation urgente au Conseil exécutif du canton de Berne pour s’assurer que les fonds étaient disponibles.

La suite, il ne faut pas être grand devin pour la projeter. La responsabilité solidaire des gérants de nos quatre centrales nucléaires de Mühleberg, Beznau, Gösgen et Leibstadt est une foutaise puisque ces sociétés sont proches de la faillite. C’est donc bien la Confédération, et donc chaque citoyen de ce pays, qui devra passer à la caisse.

Et dire qu’on entend encore des députés défendre la production d’électricité par le nucléaire. Et que penser de la mise en vente de ce joyau durable qu’est la Grande-Dixence ? Y a-t-il un capitaine sur le navire ?

Catégories : Air du temps, Centrales nucléaires, écologie, Economie, Electricité, Energie, Marché, Nucléaire, Politique 8 commentaires

Commentaires

  • Merci pour ce billet Monsieur Jenni…le pire étant de ne rien dire 🙂 Écrit par : absolom 13h59 – mercredi 06 avril 2016
  • Oui absolom, le silence est souvent complice.
    Mais il semble que le sujet ne passionne pas les foules…
    Aujourd’hui, pour capter l’attention, il faut mentionner l’islam ou la pédophilie. Écrit par : Pierre Jenni 19h39 – mercredi 06 avril 2016
  • Vous avez eu les couilles d’écrire cet article, et ça c’est cool 🙂
    Ma compagne me dit parfois que chaque noeud arrive à son peigne…ce n’est qu’une question de temps… Écrit par : absolom 21h26 – mercredi 06 avril 2016
  • J’aime ce que dit votre compagne. Écrit par : Pierre Jenni 21h33 – mercredi 06 avril 2016
  • Attention transmise, si ça se trouve elle viendra donner son mot…elle en sort souvent des marrantes…:-) Écrit par : absolom 21h44 – mercredi 06 avril 2016
  • Bonjour Monsieur Jenni
    C’est un article de la Tdg qui me fait revenir chez vous…
    Lien Tdg du jour:
    http://www.tdg.ch/monde/europe/tchernobyl-regorge-vie-30-ans/story/20732092
    Lien posté par Johann le 26.2.16 sur votre billet « Dégage, pauvre con! »
    http://golemfuturo.blogspot.ch/2011/04/les-entubages-darte-faune-flore-de.html
    Contribution perso:
    http://www.fukushima-blog.com/
    Cela permet les comparaisons, toujours intéressantes…
    pour finir, vous parlez de chiffres ci-dessus…mais, aurions-nous les millions (liards), saurions-nous démanteler ? Vraiment ? Écrit par : absolom 13h38 – vendredi 08 avril 2016

  • « Hiroshi Nakajima en direct à la Télévision Suisse Italienne, déclare que la non-publication des actes des Conférences Internationales de l’OMS en novembre 1995, est due aux liens juridiques qui lient l’OMS à l’AIEA, Film de Tchertkoff W. & Andreoli E. : Mensonges nucléaires. 2001 »

    Si les plus hautes instances internationales se comportent de la sorte, nous serons obligés de nous prendre en main individuellement et cesser de déléguer nos pouvoirs à des représentants. La quatrième révolution a ce potentiel, mais pour le moment elle est récupérée par les puissants qui tentent bien de canaliser le flux pour perpétuer un système moribond.

    Je ne doute pas que nos scientifiques actifs dans le nucléaire connaissent le protocole pour démanteler les centrales. En revanche, la question des déchets est soigneusement balayée sous le tapis. Et les coûts sont toujours sous-estimés. C’est le cas dans tous les domaines qui impliquent la validation populaire. Les crédits pour la plupart des ouvrages vont régulièrement du simple (proposé au vote du souverain) au double, à la fin de la réalisation.
    Nous pouvons donc raisonnablement envisager une facture globale de 3 mrd pour la seule centrale de Mühleberg.

    C’est mathématique. Malgré la clause de solidarité qui lie les compagnies d’électricité, elles ne seront jamais capables d’absorber une telle charge.
    Nous passerons inévitablement à la caisse. Écrit par : Pierre Jenni 14h36 – vendredi 08 avril 2016

  • Absolom, lorsque j’ai voulu traiter ce sujet, je n’avais que des chiffres.
    Ils me faisaient tourner la tête.
    Je suis donc assez fier d’avoir pu publier un billet qui ne mentionne aucun chiffre. Ces derniers sont très facile à obtenir pour celui qui veut.
    Mais c’est là que le bât blesse. Ce n’est que lorsqu’on est dans la merde qu’on tente d’en sortir. On déteste anticiper. On délègue. Ou on s’assure. Écrit par : Pierre Jenni 14h49 – vendredi 08 avril 2016

avril 4, 2016

Panama, ben voyons ?! Un os à ronger

A chaud, et sans rien comprendre à la finance, je réagis.

La presse va presser le citron jusqu’à la peau avec pulpe et pépins. Le public mouille. On a du lourd, ça va saigner.

Sauf que… qui en doutait ? Franchement…

Et puis c’est bizarre, mais d’après les premiers noms diffusés, il semblerait que ces pratiques ne concernent qu’une partie du globe…

De qui se moque-t-on ? Qui peut croire un seul instant que le recours aux montages financiers n’est pas généralisé et encouragé par le champion toutes catégories, le goliath qui a terrassé la Suisse au travers de procédures largement médiatisées  qui ont détourné l’attention pour un temps sur le nain qui fait peur.

Et ce silence politique assourdissant. Ils ont l’air malins nos décideurs et autres parlementaires qui défendent la place économique et l’intégrité de nos institutions. Ils vont venir avec quelles excuses lorsqu’ils oseront causer ?

Oui, c’est moche, mais c’est la règle et elle est validée par tous, de gauche à droite, de l’est à l’ouest et du nord au sud.

Entre lanceurs d’alertes et délateurs il y a un monde. Mais au delà des principes moraux, il y a des faits que nous pouvons tous apprécier à leur juste valeur. Et surtout il y a une forme de transparence délicieuse, permise par la technologie, qui fermera momentanément le caquet de ceux qui donnent des leçons pour détourner l’attention.

Nous vivons vraiment une époque formidable !

Catégories : Air du temps, Economie, Finance, Fiscalité, Humeur, Politique 32 commentaires

Commentaires

  • Et oui, vous auriez même pu titrer « Un os à ronger … »

    Avec du pain et des jeux en alternance.

    On vit une époque formidable en effet ! Écrit par : Jean d’Hôtaux 21h38 – lundi 04 avril 2016
  • Excellent Jean. Dont acte. Écrit par : Pierre Jenni 21h53 – lundi 04 avril 2016
  • Disons que d’ici à ce que la libanisation de la Suisse se dessine au travers d’événements tels que ceux ayant été financés par certaines banques helvétiques dans les quartiers Est de Beyrouth, il n’y a qu’un pas ! Écrit par : Corto 22h31 – lundi 04 avril 2016
  • Il faut également savoir et je l’avais déjà dit après l’étalage parcimonieux des mignardises de Snowden, ce à quoi nous assistons à nouveau avec cette amuse-gueule panaméen ne sont que les prémisses d’un monopoly à l’envers, bien moins saignant que ce à quoi nous allons tous goûter d’ici le début de l’été.

    J’avais dans un commentaire prédit une nouvelle hémorragie binaire, je m’étais trompé de 2 mois, je commençais presque à m’inquiéter !!

    Maintenant que les rédactions font leur grande lessive envers leurs maîtres de cérémonie, d’autres fuites liées à cette mise en bouche vont faire monter la mousse, règlement entre poissons plus gras et plus vaseux !!!

    Ce n’est plus comme en 29 où les cartes étaient soigneusement comptabilisées, depuis les voyous n’ont rien appris et ils ne savent même lire ni écrire.

    Nous verrons comment la presse va tenter de trucker les jeux, mais ça va transpirer ! Écrit par : Corto 22h47 – lundi 04 avril 2016
  • A l’époque, celui qui ouvrait un compte dans une banque suisse était inscrit dans un livre de compte en papier savamment relié et par un citoyen à qui on aurait donné de quoi aller boire un café.

    Pas des branleurs ramassés à l’arrache des quartiers au rabais de la classe moyenne française et jonglant sur des fichiers informatiques stockés sur des serveurs « sécurisés » par des firewall tricotés par des technos des Balkans !

    Si vous y ajoutez la concurrence zurichoise, ne vous attendez pas à autre chose que des cadeaux armés et des ambulances 4×4 !! Écrit par : Corto 23h00 – lundi 04 avril 2016
  • Ségolène Royale et bingo ! Écrit par : Cyrano 11h07 – mardi 05 avril 2016
  • Même des citoyens suisses participent à la fête, mais silence, secret bancaire oblige ! ah ah ah ah

    Panama n’est qu’un écran 3D, les banques sont suisses et chinoises, pas de miracle !

    Les journalistes sont des ânes, posséder un « compte » à Panama sert avant tout à des transactions commerciales, si x achète un produit dans un pays tiers et qu’il souhaite planquer une partie de la marge bénéficiaire, il ouvre un société au Panama ou ailleurs et se concocte des factures sur mesure, selon le droit suisse, il n’est pas interdit de payer des factures panaméennes que je sache, comme ça n’est interdit nul-part, il suffit de rester discret dans le cas où un inspecteur du fisc vous questionne, ensuite, le reste se passe dans des banques, elles se contentent bien souvent de fermer les yeux, si il s’agit des marges soustraites au fisc, rien de vraiment criminel, voir d’illégal, mais lorsque les banques ouvre des comptes à des politiques ou des criminels notoires (souvent les mêmes), là, les banques ne font pas leur boulot !

    Ne pas confondre dans ce dossier, évasion fiscale et blanchiment d’argent des organisations criminelles, et là, la Suisse continue d’abriter les pires monstres, si possible non européens et non américains, c’est à dire les pires ! Écrit par : Corto 11h19 – mardi 05 avril 2016
  • D’ailleurs, ne nous trompons pas, les blogueurs genevois restent bien silencieux sur ce sujet qui les frappe en plein dans le beignet, c’est fou comme la population craint le dieu « argent sale » et misère organisée de la planète !

    Les documents de l’affaire Panama rassemblent 30’000 milliards de dollars, la Suisse abrite dans ses comptes sous-terrains 4 à 5 fois plus !!! Écrit par : Corto 11h21 – mardi 05 avril 2016
  • De Panama Papers à PANAMA « PAMPERS »…..

    Panama Papers : la Société générale a créé 979 sociétés offshore
    05 Avril 2016, 11h50 | MAJ : 05 Avril 2016, 13h59
    réagir
    29
    Le siège de la Société générale à La Défense, dans les Hauts-de-Seine, le 19 mai 2015.
    Le siège de la Société générale à La Défense, dans les Hauts-de-Seine, le 19 mai 2015. (AFP/THOMAS SAMSON)
    La banque française Société générale est «dans le top 5» des banques ayant créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l’intermédiaire du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, avec 979 créations dont les deux-tiers via sa filiale SG Bank and Trust Luxembourg, révèle Le Monde ce mardi.

    Elle n’est devancée que par la britannique HSBC (2300 sociétés), les suisses UBS (1100 sociétés) et Crédit Suisse (1105 sociétés). Les autres filiales de la banque française concernées sont basées en Suisse et aux Bahamas.

    Les révélations tirées des quelque 11,5 millions de fichiers issus du cabinet Mossack Fonseca ont dévoilé un vaste scandale d’évasion fiscale touchant notamment hauts responsables politiques, sportifs ou encore milliardaires.

    Les créations ont ralenti depuis 2012

    Le quotidien souligne que, si la création de sociétés offshore a nettement ralenti depuis 2012 et des structures ont été fermées, «une centaine des entités ouvertes par la Société Générale chez Mossack restent actives». D’autres ont en outre été cédées à d’autres gestionnaires et continuent leurs activités.

    Avant ces révélations, Société Générale avait pris les devants lundi en affirmant dans un communiqué ne plus détenir depuis 2012, directement ou indirectement, aucune implantation en activité dans les Etats et territoires non-coopératifs. «Les structures auxquelles il est fait référence dans les médias ne sont pas détenues par Société Générale mais par des clients. Si la loi française ne prévoit aucune restriction concernant les relations avec des clients établis dans ces juridictions, Société Générale est particulièrement vigilante et mène depuis plusieurs années une politique proactive afin de s’assurer que nos activités respectent les standards les plus élevés en matière de lutte contre la fraude et l’évasion fiscales», avait informé le groupe bancaire.

    À lire: De Poutine à Platini, ces puissants cités dans l’affaire «Panama Papers»
    Le Parisien.fr Écrit par : Patoucha 14h48 – mardi 05 avril 2016
  • J’ouvre à l’instant le flash info du Parisien.fr et Oh surprise! J-M Lepen a eu le même jeu de mot…

    « « Je ne suis pas du tout dans l’affaire des Panama Machin ! » Interrogé par notre journal, Jean-Marie Le Pen affiche sa sérénité après les révélations du quotidien « Le Monde » dans ce qu’il appelle ironiquement l’affaire « Panama Pampers ». »

    VIDEOS. Affaire Panama Papers : Jean-Marie Le Pen nie en bloc et menace
    Valérie Hacot | 05 Avril 2016, 16h03 | MAJ : 05 Avril 2016, 18h31

    http://www.leparisien.fr/politique/affaire-panama-papers-jean-marie-le-pen-nie-en-bloc-et-menace-05-04-2016-5688881.php

    http://www.leparisien.fr/economie/en-images-panama-papers-les-personnalites-mises-en-cause-05-04-2016-5688667.php Écrit par : Patoucha 00h27 – mercredi 06 avril 2016
  • Disons qu’avant 2012, les banques suisse conseillaient vivement leur clientèle de faire appel à des offshores et pas seulement à Panama, en fait Panama est loin derrière Caiman, et d’autres, en 2010, Forbes classait dans l’ordre les 10 principales destinations pour les placement via des comptes offshores :

    1. U.S.A (Delaware),
    2. Luxembourg,
    3. Suisse,
    4. Îles Caïman,
    5. Royaume-Uni (City of London),
    6. Irlande,
    7. Bermudes,
    8. Singapour,
    9. Belgique,
    10. Hong Kong.

    Panama n’y figure même pas ! Écrit par : Cyrano 19h01 – mardi 05 avril 2016
  • Ensuite, pour les paradis fiscaux, voici la liste des 30 principaux lieux de stockage de font sales :

    Andorre,
    Anguille,
    Antigua and Barbuda,
    Bahamas,
    Barbade,
    Belize,
    Bermudes,
    British Virgin Islands (Iles Vierges Britanniques),
    Brunei,
    Iles Cayman,
    Iles Cook,
    Grenade,
    Guernsey,
    Hong Kong,
    Liberia,
    Liechtenstein,
    Maldives,
    Iles Marshall,
    Ile Maurice,
    Monaco,
    Montserrat,
    Nauru,
    Niue,
    Panama,
    Saint Kitts et Nevis,
    Saint Vincent et les Grenadines,
    Seychelles,
    Suisse,
    Turks et Caicos,
    US Virgin Islands.

    Bravo les mecs ! Écrit par : Cyrano 19h04 – mardi 05 avril 2016
  • « fonds », pardon !! Écrit par : Cyrano 19h05 – mardi 05 avril 2016
  • C’est une pure opération de propagande américaine. Avec un os à ronger pour les sous-fifres français. Ce sera crédible quand les Américains nous parleront de ce qui se passe au Delaware, Dakota, Wyoming et les Français d’Andorre et de Monaco.
    Et Patoucha, si elle aime la propreté financière, ferait mieux d’aller étudier les cuisines israéliennes. On a comme l’impression que ce doit être assez intéressant…En tout cas, il serait temps qu’on nous prouve que tout est blanc comme neige par là-bas, avec tous ces hommes politiques en prison pour fraude, au lieu de nous répéter incessamment que les cuisines helvétiques sont sales… Écrit par : Géo 20h30 – mardi 05 avril 2016
  • Géo fait comme l’ont fait beaucoup de suisses qui blanchissent le fric de la mort comme des pourboires passés à gauche, il ignore encore ou ne veut pas admettre que absolument toutes les transactions bancaires sont traçables informatiquement, en fait pas un centime n’échappe aux traceurs branchés en live sur les canaux de flux de données, pas un maudit centime et cela depuis que les ordinateurs sont connectés sur les outils de communication, type liaisons satellites, liaisons filaires, fibres optiques et bien sûr, les chemins utilisant la toile.

    Géo, sachez que chaque fois que vous tirez un billet de Chf. 100.– auprès d’un distributeur ou au guichet de votre banque, cette transaction est piratée et surveillée, parfois les traceurs obtiennent les informations avant même que votre banques n’enregistre votre transaction !

    Un article de la TdG d’il y a environ 8 ans avait déjà signalé que toutes les transactions effectuées en Suisse était surveillée de très près depuis des sites de captages de données, il s’agissait de transactions circulant par les réseaux téléphoniques suisse et cela depuis les années 90.

    Depuis cette date, proche de l’article TdG, (petit article immédiatement oublié sur ordre des fédéraux), une équipe d’ingénieurs de l’EPFZ essaye de démonter la méthode utilisée par les capteurs, cela doit faire presque 10 ans que ces ingénieurs tentent de trouver le début du fil de la pelote, ils en sont toujours au point mort, sans le moindre indice de fonctionnement de ce système implémenté dans le switching des systèmes de communications Swisscom ! Écrit par : Corto 22h10 – mardi 05 avril 2016
  • C’est toujours un peu comme ça, une fois les délais juridiques devenus caduques, on entendra encore et toujours ce :

    « on ne savait pas » ou « c’était mon prédécesseur », celui qui a reçu un parachute doré pour qu’il la ferme ! Écrit par : Corto 11h59 – mercredi 06 avril 2016
  • Os « made in USA » lâché par John Doe

    à écouter & lire sur
    http://panamapapers.sueddeutsche.de/articles/56ff9a28a1bb8d3c3495ae13/


    Production: “International Consortium of Investigative Journalists”

    funded and organised entirely by the USA’s Center for Public Integrity,
    dont sont membres:

    Ford Foundation
    Carnegie Endowment
    Rockefeller Family Fund
    W K Kellogg Foundation
    Open Society Foundation (Soros)


    http://www.veteranstoday.com/2016/04/04/the-very-nasty-truth-about-the-panama-papers/ Écrit par : divergente 15h12 – jeudi 07 avril 2016
  • Oui divergente, c’est tellement énorme que personne ne semble réaliser.
    Mais comme je le relève dans mon billet, il est difficile de comprendre la stratégie qui consiste à faire croire que les américains ne sont pas concernés par les noms qui circulent. Le retour de kick sera brutal. Écrit par : Pierre Jenni 16h54 – jeudi 07 avril 2016
  • Pierre, aux USA, comme ailleurs(Russie, France etc.), les gros ne se font jamais avoir dans ce genre de conneries, si l’on regarde de plus près, tant « panama paper » que les autres fuites ou hacking, il n’y a que les petits joueurs qui remontent à la surface, c’est clair que les mastodons font virer leur fric via leurs nombreuses filiales avec le visa de leur gouvernement et ne font pas appel à ces comptes chippos pour petits requins édentés !

    Dans l’affaire qui agite la presse française, quelques centaines ou milliers de pigeons vont se faire bouffer par le fisc et la SG se prendra une amende de quelques millions max et son CEO ne va pas tarder à faire une déclaration le sourire en prime, excusera les indélicatesses et dira qu’il n’est pas informé, ça en devient lassant ! Écrit par : Corto 01h54 – vendredi 08 avril 2016
  • Oui, ça devient lassant. Mais franchement Corto, comment imaginer un instant que les gros poissons ne se fassent pas attraper dans la foulée.
    Je comprends ton cynisme, mais si tu as raison, cela signifie que tous nos système sont complètement corrompus. Les quelques phrases de Jornot ne seraient que du vent ou encore une manière d’attaquer quelques petits pour cacher les gros ?
    Quel homme politique sincère pourrait aujourd’hui se laisser avoir avec cet écran de fumée si des péquins comme toi et moi nous flairons l’arnaque.
    Mais peut-être qu’ils ont tous des bas de laine non déclarés quelque part. Tout le monde se tient par la barbichette.
    Au final, ça va tourner en révolte. Écrit par : Pierre Jenni 07h47 – vendredi 08 avril 2016
  • Tu parles de Jornot, mais revenons à l’époque de B.Berthossa, je me rappel comment fonctionnait son filet à « gros poissons » !

    Un filet métaphysique qui laissait passer les gros et retenait les petits, il avait voulu faire la une en arrêtant un petit minable qui blanchissait de misérables millions pour le compte de tous petits poissons (vobla) séchés et que le département de justice avait dû indemniser à hauteur de plusieurs millions !

    La seule affaire qui avait porté ce procureur à son poste après de magnifiques promesses, pendant son mandat, Genève n’a jamais autant blanchi de fric très sale !

    Pour rappel : http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/sursis-chauffard-russe-bellevue/story/14571971

    Et l’on voit la TdG mentir en alléguant que les 3 fils d’oligarques roulaient à 150 kmh alors que c’était à 300 km et que retraité allemand percuté par ces 3 trois salopards roulaient sous emprises de drogues et d’alcool, cette nuit là, le proc, réveillé pour la bonne cause ordonne à 4 heures de matin de relâcher immédiatement et ordonne à la presse de parler de blessé et non de mort en ce qui concernait la victime ! Écrit par : Corto 12h47 – samedi 09 avril 2016
  • que l’on ne parle pas de justice ou de procureur à Genève, c’est le théâtre guignol la drôlerie en moins !

    Il suffit que directeur d’une grande banque des lieux téléphone à n’importe quelle heure et les personnes sont libérées, comment voulez-vous dés-lors parler de « justice » ? Écrit par : Corto 12h54 – samedi 09 avril 2016
  • http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/jeune-chauffard-russe-indemnise-victime/story/20999402

    La TdG ment à nouveau, la victime est décédée 1 heure après la collision, ce sont ses héritiers qui représentaient la partie civile dans cette affaire jugée à huis-clos ! Écrit par : Corto 12h58 – samedi 09 avril 2016
  • Donc, ne tires pas trop sur l’actuel proc, avec lui, les choses ne se seraient sans doute pas passées pareillement, ne pas oublier que les 3 assassins ont été relâchés moins d’une heure après avoir été arrêtés et qu’ils ont pris le jet privé pour Monaco quelques heures plus tard !

    Pas de rapport de prise de sang, pas d’empruntes digitale, rien ! Écrit par : Corto 13h00 – samedi 09 avril 2016
  • Mais là, nous parlons de milliers de milliards sur des comptes non-panaméens !

    La Russie ne fait pas partie du concorda en matière de « compliance » bancaires ! Écrit par : Corto 13h02 – samedi 09 avril 2016
  • Corto,

    Monsieur le Socialiste genevois est un raciste, xénophobe et partisan.

    Rien à voir avec un Libéral, devenu PLR, de la taille et de la classe d’un Olivier Jornot.

    Ma situation actuelle me permet de le clamer et d’assumer mes propos avec des documents tout à fait officiels.

    Bernard Bertossa, né le 12 septembre 1942 à Genève, est un magistrat suisse.
    Après ses études de droit à l’Université de Genève où il obtient une licence en 1965, il travaille dans une étude d’avocats et passe son brevet en 1967, puis il est élu au Tribunal genevois de première instance en 1972.
    Il préside le Tribunal de police et de la Chambre des baux et loyers de 1972 à 1973 puis, de 1981 à 1987, la Chambre d’accusation.
    Il est également juge civil au Tribunal de première instance de 1973 à 1990.

    En 1990, il est élu procureur général de Genève, puis réélu en 1996 pour un deuxième mandat jusqu’en 2002.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Bertossa Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © 16h46 – samedi 09 avril 2016
  • http://www.icij.org Écrit par : Pierre Jenni 16h53 – samedi 09 avril 2016
  • Victor, bien que le proc général Jornot soit, comme vous le dites, très respectable, d’ailleurs c’est la raison pour laquelle quelques putasses se sont jetée sur lui lors d’une soirée un peu trop arrosée ghb compris ou autres désinhibants) pour faire le buzz, le Parquet genevois est devenu une sorte de zoo où l’on y croise toutes sortes de bestioles peu-fréquentables !

    Nous les voyons à l’action après avoir fait la place à Genève de brochettes de crapules à ne pas piquer des mouches, ceux-ci, viennent de pays encore moins fréquentables dans lesquels socialisme et islamisme font très bon ménage !

    Genève est malheureusement de moins en moins fréquentable et n’a plus grand chose à envier à Molenbeek ou autres banlieues voisines, tel est la volonté des élus de gauche et nous ne pouvons que les félicités pour cette victoire de la décadence sur les civilités !

    Oui, l’islamo-socialisme détruit nos sociétés et l’on peut même affirmer que le travail touche à sa fin ! Écrit par : Corto 02h58 – dimanche 10 avril 2016
  • Le voile se lève gentiment sur ces fuites. On découvre l’obsolescence des systèmes de protection informatique de la firme Mossack/Fonseca.
    Et on comprend mieux pourquoi peu d’Américains figurent dans ces fichiers.
    Mais qu’on ne s’y trompe pas, d’autres fuites viendront. Elles n’épargneront personne. Nous allons vivre la transparence malgré nous, grâce à la technologie.
    http://www.contrepoints.org/2016/04/13/247019-pas-de-complot-derriere-les-panama-papers-mais?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=35f78fd49a-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-35f78fd49a-113931989&mc_cid=35f78fd49a&mc_eid=8e94abc528

    Mais nous allons aussi tous avoir un flic derrière notre ordinateur.
    Je vous encourage donc à signer le référendum contre la loi fédérale du 18 mars 2016 sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication (LSCTP) dont l’intitulé est une fois de plus trompeur puisque nos autorités disposent déjà de tous les outils nécessaires à ces contrôles.
    https://www.buepf.ch/wp-content/uploads/LSCPT-3.pdf Écrit par : Pierre Jenni 09h24 – mercredi 13 avril 2016
  • Pierre, il y a déjà 10 flics derrière chaque ordinateur, mais ce sont des loques, il surveillent des « Corto » et autres fouteurs de petch, ils sont largués dès qu’il y a le moindre firewall !

    Ils (les flics) ne savent même pas qui détient les fichiers, mais ils peuvent faire confiance à leurs auxiliaires « journalistes » pour faire le tri, de toute manière, jamais un « journaliste » ne s’en prendra à des gros poissons, ils connaissent le mode d’emploi, cette affaire ne fait que démontré la position des « journalistes », nous en avons eu un exemple avec France2 et les laquais sont eux, en premier surveillés par les flics, en fait le flics, incapables de de maîtriser les technologies, se contentent de surveiller les laquais « journalistes » !

    Plus simple et plus efficace, goebels l’avait d’ailleurs bien expliqué ! Écrit par : Corto 10h53 – mercredi 13 avril 2016
  • C’est certainement très vrai Corto, comme bien des choses que tu dis, à ta façon.
    Mais ce n’est pas une raison pour se laisser entuber plus et payer des incompétents pour venir fouiller dans nos vies sans le moindre espoir de prévenir un délit. Écrit par : Pierre Jenni 11h05 – mercredi 13 avril 2016
  • Il est vrai que pas mal de mes compatriotes ont appris à s’agenouiller face aux pires ordures et en leur disant, son excellence, mais il n’y a qu’une façon d’appeler une ordure, une ordure !

    Encore tu ne comprends rien, nous avons vu le gérant américain courir en Israël pour obtenir le contenu d’un ridicule Iphone, produit fabriqué en Chine sous licence américaine, on ne rêve pas !

    Je ne pense pas que les affaires de culs d’un tel ou d’une telle intéresse ceux qui surveillent la toile, par contre de grosses saloperies ont peut être du souci à se faire ! Écrit par : Corto 19h58 – mercredi 13 avril 2016

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Spiko Dark par Spicethemes